Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoZenithOptimedia revoit légèrement à la hausse ses prévisions pour le marché publicitaire français

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

15/09/2015

ZenithOptimedia revoit légèrement à la hausse ses prévisions pour le marché publicitaire français

ZenithOptimedia (Publicis) revoit à la hausse ses prévisions pour le marché publicitaire français jusqu’en 2017, par rapport à la précédente prévision publiée en juin dernier (voir archive).  
Si l’année 2015 reste prévue avec une tendance négative à -0,3% (vs -0,4% en juin), 2016 et 2017 bénéficient d’une prévision légèrement positive avec des variations respectivement de +0,1% (vs -0,1%) et de +0,3% (vs +0,1%). L’amélioration de la prévision sur 2015 est essentiellement due à la TV qui progresse de +0,9% (vs +0,3%). Sa croissance devrait se poursuivre avec +0,6% en 2016 (vs +0,2%) et +0,4% en 2017 (vs 0,0%).
Internet restera moteur de la croissance avec +4,6% en 2015 (vs +4,8% en juin) - boosté par la vidéo online (+41%) et le mobile (+47%) - +4,8% en 2016 et +5,0% en 2017 (vs 4,9%).
Les prévisions pour les autres médias sont inchangées.

NL1213-image-zenith1

Par ailleurs, la TV devrait rester le média leader jusqu’en 2017, avec une part de marché en progression, de 32,4% en 2015 à 32,6% en 2017. Elle sera talonnée par Internet, qui devrait atteindre 32,1% de PDM en 2017.

NL1213-image-zenith2

A l’inverse, ZenithOptimedia a revu à la baisse ses prévisions 2015 pour le marché publicitaire mondial, qui devrait progresser de +4% (vs +4,2%). L’agence observe en effet un relatif affaiblissement de l’économie globale avec l’entrée du Brésil et de la Russie en récession et le ralentissement de la Chine. Ce sont les marchés «matures» (Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et Japon) qui participeront davantage à la croissance des investissements publicitaires mondiaux que les marchés «en développement», pour la première fois depuis 2006. La croissance passera à +5% en 2016, grâce aux JO d’été à Rio ainsi qu’aux élections présidentielles aux Etats-Unis, puis redescendra à +4,4% en 2017 (vs +4,3%), en l’absence de grands événements.
Enfin, l’agence prévoit que les investissements mobiles devraient dépasser ceux de la presse dès 2016. En effet, les dépenses de publicité mobile progresseront de +38% en 2016 (71Mds$) tandis que celles de la presse baisseront de -4% (68Mds$). Le mobile représentera alors 12,4% des investissements pub mondiaux contre 11,9% pour la presse.

Partager