Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoUne croissance bridée à +3,8% pour le marché publicitaire du 1er semestre 2019

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

1/10/2019

Une croissance bridée à +3,8% pour le marché publicitaire du 1er semestre 2019

Au 1er semestre 2019, les recettes publicitaires nettes des médias sont en hausse de +3,8% par rapport au 1er semestre 2018 d’après les données du Bump publiées par France Pub, l’Irep et Kantar. Cette hausse est quasi-exclusivement due au digital.
Les chiffres digitaux pris en compte sont ceux du dernier observatoire de l’ePub (voir archive) qui indique une croissance de +13% entre le 1er semestre 2019 et le 1er semestre 2018.
La tendance globale entre le 1er semestre 2018 et le 1er semestre 2017 était de +7%.
Les médias traditionnels observent globalement une stabilité de 0,1% au 1er semestre 2019 dans le même trend que le 1er semestre 2018 à -0,2%. Leur volet digital progresse de +10,6%.
Plusieurs médias se distinguent particulièrement pour leur croissance : la publicité extérieure affiche une croissance de +4,7% grâce à un DOOH toujours en expansion à +29,2%, des performances du shopping (+15,4%), du transport (+9,8%) et du mobilier urbain (+4%). Seul l’outdoor affiche une légère décroissance de -1,7%. La radio fait mieux qu’au 1er semestre 2018 (-0,6%) avec une progression de +1,3%. La presse, dans son ensemble, évolue de -5% contre -6,4% l’année précédente avec une bonne tenue de la PHR (-0,2%) et de la PQR (-3,1%). La TV reste stable (+0,2%).
Le courrier publicitaire (-8,6%) et les imprimés sans adresse (-4,3%) freinent également la croissance du marché global.
Cette forme de tassement est partiellement expliquée par une baisse des investissements de secteurs importants sur le marché : la distribution, premier secteur avec 14,7% est en repli de -1,8% ce semestre. Search, télévision et presse sont les plus impactés par la baisse budgétaire de ce secteur. L’automobile, au 2ème rang, est stable dans un marché global orienté à la hausse, ce qui réduit sa part de voix de 0,7 point pour atteindre 10,3%.
Enfin l’édition, en repli de -9,3%, ralentit la progression du marché, tout comme le secteur de la mode dont les investissements sont réduits de -2,3% particulièrement en presse, avec toutefois un transfert budgétaire vers la publicité extérieure.
 
Cliquer sur l'image pour l'agrandir
 
Sur le marché de la communication mesuré, France Pub observe qu’ «après un premier trimestre assez dynamique, des signes de ralentissement sont apparus au second trimestre. Le redressement du marché, observé depuis 2016, devrait s’infléchir légèrement en 2019 avec une croissance prévue de +1,5% faisant suite à +2,3% en 2018 et +2,0% en 2017.»
 
Partager