Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoUn premier semestre à l’arrêt et une prévision annuelle prudente pour les investissements publicitaires en 2017

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

29/09/2017

Un premier semestre à l’arrêt et une prévision annuelle prudente pour les investissements publicitaires en 2017

Au premier semestre 2017, les recettes publicitaires nettes des médias enregistrent une très faible hausse de +0,1% d’après les données fournies conjointement par France Pub, l’Irep et Kantar Media. Au 1er semestre 2016, la progression était de +1,1%. Tous les médias historiques subissent ce ralentissement et, en dehors du numérique, quasiment aucun média ne connait d’évolution positive ce semestre. Quelques «niches» de progression apparaissent comme le parrainage TV (+17,7%), la publicité extérieure digitale (+13,2%) et l’ensemble du segment «shopping» (+9,4%), ainsi que les ISA (imprimés sans adresse) (+3,2%).
Sur le périmètre Total médias historiques + Internet, la progression du 1er semestre est de +0,6%. Sur ce même périmètre, la prévision annuelle de dépense des annonceurs (France Pub) pour 2017 est de +0,2%. Pour autant, le ralentissement observé au S1 serait moins prononcé au niveau annuel grâce à un redressement du second semestre libéré du contexte électoral et profitant d’un effet de base positif.
Pour atterrir sur une prévision à +1,6%, France Pub intègre les médias propriétaires (outils numériques et de contenu financé par les services communication des annonceurs).
 
 
En termes de secteur, le marché référence 44 961 annonceurs soit 2% de plus qu’au 1er semestre 2016. Et même si la presse capte encore près d’1 annonceur sur 2 (47%), les médias digitaux attirent toujours le plus grand nombre d’intervenants avec un taux de présence de 59% (+3 points) pour le search et le display réunis. C’est également la sphère digitale qui recrute le plus : +8% versus +5% en TV et -8% en radio.
La distribution tire le marché et représente 15,7% des investissements nets avec un poids toujours plus important pour les enseignes spécialisées (8%) versus les GMS (5%). Le secteur réalise la plus forte progression du semestre en valeur (+6,6%) suivi du tourisme (+6%) et des télécommunications, ce dernier renouant avec une croissance (+8,2%) après 2 années consécutives de repli.
A l’inverse, la beauté (-12,3%), l’automobile (-5,4%) et l’alimentation (-6%) sont en baisse.
 
Partager