Vous êtes ici

Tribunes

23/09/2020

Écouter le consommateur, c’est faire face au paradoxe relationnel entre les marques et leurs cibles. La crise du covid et le confinement ont été riches d’enseignements, notamment dans notre métier de communicant. Il y en a un que j’aime particulièrement car il touche à la relation entre les marques et les consommateurs. Contrairement à la crise de 2008, la crise sanitaire mondiale que nous avons vécue au printemps n’a pas remis en question les marques et leur communication. Mieux, elle leur aurait redonné un rôle.

15/09/2020

En France, la SVOD est adopté de manière presque universelle puisque 8 consommateurs sur 10 (81%) ont confirmé avoir accès à une télévision connectée ou un service payant de vidéo à la demande. Face au risque de saturation du marché, la France est-elle prête pour accueillir des services de type AdVod, à la manière de Peacock aux Etats-Unis ?

5/05/2020

Depuis le début de cette crise sans précédent, j’ai concentré toute mon énergie pour accompagner les équipes et les annonceurs dans cette période si complexe. Aujourd’hui je pense que l’incertitude va perdurer. Parce que la pandémie risque de ressurgir. Et parce que cette crise n’est que l’annonciateur ou un accélérateur d’une période de bouleversement de la consommation. On a vu beaucoup de choses pendant cette crise. Des initiatives généreuses, des innovations frugales, des collaborations nouvelles. Mais aussi le vol ou le détournement des masques sur le tarmac des aéroports chinois.

4/05/2020

Le tout récent millésime des mémoires de l’Executive Master Data & Marketing (Sciences Po Grenoble et Media Institute) dessine une mosaïque du «data marketing» en 2020, selon son Directeur Pédagogique Olivier Lê Van Truoc, Professeur Associé à Sciences Po Grenoble, Responsable de l’Executive Master Data & Marketing, Founder d’Oïbo, études marketing et médias.

20/04/2020

A l’heure d’une pandémie inédite, une récente étude eMarketer a estimé les investissements liés au search aux USA avec une baisse pouvant aller de -8,7% à -14,8% pour le 1er semestre 2020. Plus impacté, le 2ème trimestre pourrait chuter dans une fourchette de -20,2% à -29,4%. Paralysie du secteur touristique et fermeture des points de ventes physiques combinées à une souplesse d’annulation qui permet à tout moment d’assurer le retrait d’une campagne sans pénalité représentent autant de facteurs à l’origine de cette décroissance.

6/04/2020

Au moment où ces lignes sont écrites, la France entre dans la troisième semaine de confinement due à l’épidémie de Covid-19 et nombreux sont les observateurs qui scrutent et tentent d’analyser au jour le jour les signes de modification des comportements de consommation et d’achat. Ainsi on a pu lire que le drive progressait, que les livraisons à domicile enregistraient des évolutions parfois surprenantes : pour tels produits, mais pas tels autres etc. Mais aussi que si plus de neuf sites de commerces en ligne sur dix restaient actifs, les trois quarts subissaient des baisses de ventes.

Pages