Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoStéphane Bodier (ACPM) : « La télévision est en train de vivre ce que la presse a vécu il y a dix ans »

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

12/09/2022

Stéphane Bodier (ACPM) : « La télévision est en train de vivre ce que la presse a vécu il y a dix ans »

Pour ce troisième rendez-vous de l’interview du lundi, Stéphane Bodier, directeur général de l’ACPM a répondu aux questions de 100%Media. Il revient sur le bilan de l’année, les enjeux autour de la presse et l’audio et trace l’avenir avec des projets autour de la télévision.
Il annonce, en exclusivité, une 5ᵉ édition d’InnovAudio Paris le 7 décembre prochain et, pour la première fois, en co-organisation avec Médiamétrie.
 
100%Media : En cette rentrée 2022, quels sont les enjeux majeurs de l’ACPM sur un marché en pleine ébullition ?
 
Stéphane Bodier : Tout d’abord je tenais à vous féliciter pour vos excellentes performances avec 150 000 visites moyennes, certifiées par l’ACPM, et une croissance de 17% par rapport à 2021.
Nous devons répondre à 3 enjeux majeurs pour cette rentrée 2022. Dans un premier temps, nous nous devons de répondre à notre mission première, qui est de quantifier et certifier les diffusions et les audiences de nos adhérents de la manière la plus valorisante, transparente et innovante, tout en s’inscrivant dans une économie prudente, et je dirais même frugale.
Deuxièmement, nous nous devons d’intégrer le plus fortement possible dans tous nos travaux notre combat collectif pour un monde plus écologique et plus responsable.
Enfin, l’ACPM doit continuer à valoriser et promouvoir les succès et les innovations de la transformation digitale de nos adhérents, ainsi que la formidable influence de leurs contenus auprès de toutes les populations.
 
100%Media : Bientôt 7 ans après la création de l’ACPM, née de la fusion de l’OJD et AudiPresse, quel bilan en faites-vous ?
 
Stéphane Bodier : Grâce à l’énergie collective, le soutien actif de notre conseil d’administration et de notre président Gautier Picquet, l'ACPM se porte bien, dans le sens où nos adhérents reconnaissent notre valeur ajoutée qui est de défendre leurs intérêts et promouvoir leurs marques et leurs business.
En 2016, l’ACPM a été créée par toutes les familles de la presse française pour optimiser ses deux différentes sources d'études : la diffusion et l’audience. 
Dès notre création sont apparues deux opportunités qui auraient pu sembler antagonistes, mais qui sont deux vraies réussites : la diversification des contrôles digitaux vers d’autres médias que la presse et la promotion des marques de presse auprès de tout notre écosystème. 
En ce qui concerne la diversification : forts de notre expertise du contrôle des logs et de leurs certifications, nous avons proposé aux autres médias de s’inscrire, eux aussi, dans une démarche de transparence. Une démarche simple et économique pour leur permettre de présenter des chiffres de fréquentation fiables et incontestables.
À ce jour, l’ACPM réunit 1 946 supports adhérents, pratiquement tous les médias français, toutes les agences média et les annonceurs. 
En plus de toute la presse française, nous contrôlons la diffusion de plus de 1 500 webradios, 650 sites et applis, 300 podcasts, l’ensemble des réseaux DOOH de tous les afficheurs digitaux en France.
Nous sommes aujourd’hui le seul tiers certificateur du digital en France.
 
100%Media : Avec #DemainLaPresse, vous êtes très actifs sur la promotion de la presse, média qui a été à l’origine de l’OJD et AudiPresse, avec notamment deux éditions d’une étude d’efficacité ces deux dernières années. Comment pourriez-vous définir les enjeux de ce média en 2022 ? Est-il en ordre de marche - particulièrement sur sa digitalisation - après des années de crise ?
Quelles sont les prochaines actions prévues sur ce média ?
 
Stéphane Bodier : #DemainLaPresse fut notre deuxième opportunité. En 10 ans, la presse française est le média qui s’est le plus transformé. Nous avons accompagné les régies, publishers, agences dans cette volonté de mieux s’informer, former et sensibiliser à la presse.
La transformation n’est pas encore achevée, mais à ce jour, les grandes marques de presse représentent plus de 20 millions de lecteurs tous les mois (5 à 10 fois plus qu’il y a 20 ans).
Pour mieux faire connaître ces résultats exceptionnels, de nombreuses actions sont prévues.
D’ailleurs, vous retrouverez le 15 septembre les résultats de la publication des DSH 2021/2022 et les résultats de l’étude OneNext Influence le 22 septembre.
En parallèle, côté #DemainLaPresse, nous lançons le 3 octobre une nouvelle session de notre formation #DemainLaPresse. À noter que cette formation certifiante est gratuite et accessible à toutes et tous sur votre téléphone. Inscrivez-vous, c'est gratuit et c’est passionnant !
Nous sortons aussi une nouvelle étude #DemainLaPresse avec Kantar, le 4 octobre, sur les Français, la Presse, le sport et les JO 2024. Ne manquez pas cette présentation passionnante et inscrivez-vous dès à présent !
Enfin, côté événements, une nouvelle journée #DemainLaPresse est prévue chez Havas autour du thème "La Presse s’engage” et la thématique RSE. Lors de cette journée sera aussi présentée en avant-première un volet exclusif de l'étude Meaningful Brands. C’est toujours un plaisir d’organiser ces journées et nous remercions les agences médias qui nous reçoivent.
 
100%Media : L’audio est également un média dans lequel vous manifestez beaucoup d’ambition. La certification des audiences des radios diffusées en digital d’abord. Il manque encore des acteurs majeurs. Pourquoi ne viennent-ils pas ? Pensez-vous les convaincre ?
Sur le podcast, la mesure a fêté ses 2 ans. Encore plus que la radio en direct, nous voyons qu’il est difficile d’avoir un classement exhaustif. Pourquoi ? Qu’est-ce qui bloque ?
 
Stéphane Bodier : L’audio digital est un jeune média, à peine dix ans depuis le contrôle de la diffusion de la première webradio.
Il faut toujours du temps pour faire prévaloir l'intérêt business de la transparence.
La croissance publicitaire va imposer aux acteurs de ce média de présenter des chiffres contrôlés et certifiés pour se comparer sur des bases indiscutables.
 
100%Media : Votre événement Innov’Audio Paris est devenu un rendez-vous incontournable. Quelles sont les nouveautés de la prochaine édition ?
 
Stéphane Bodier : Nous annonçons une édition spéciale en 2022. Cette année, pour la première fois, Innov’Audio Paris sera co-organisée avec Médiamétrie. Bloquez dès à présent la date du 7 décembre à partir de 17h30 pour un programme exceptionnel.
 
100%Media : Sur la TV, l’absence de mesure d’audience sur les plateformes de streaming est une vraie problématique. Yannick Carriou de Médiamétrie a annoncé, même s’ils le refusent, qu’il allait mesurer les audiences de Netflix, Disney, Prime etc. Avez-vous des projets à l’ACPM ?
 
Stéphane Bodier : Les annonceurs et les agences ont loupé, il y a dix ans, une incroyable opportunité en n’imposant pas à Google et Facebook de faire contrôler leurs chiffres par un tiers de confiance indépendant.
Le marché ne doit pas reproduire la même erreur avec les acteurs du streaming : Netflix, Disney, ou Amazon… Pas de publicité s’il n’y a pas de transparence ! Voilà le mot d’ordre que devraient imposer ceux qui payent.
Cependant, comment faire ? 
Le contrôle des logs de ces plateformes est indispensable pour mesurer exactement tous les volumes d'audience et de pubs à la seconde près. Ce contrôle est le complément naturel des panels pour caler et fiabiliser ceux-ci.
Cela peut se mettre en place très vite avec Médiamétrie si le marché l’exige.
La mesure d’audience doit être hybride pour le streaming comme nous le faisons déjà pour Internet global. Cela fonctionne déjà.
Il faut pouvoir comparer et dupliquer toutes les consommations digitales, dont la vidéo, la TV, le streaming pour avoir un reach global de tous les canaux.
Tous les jours, nous contrôlons déjà plus d’1 milliard de logs à travers nos différentes certifications. On trouvera toujours des solutions techniques. L’audience des plateformes est un problème politique et commercial dont le marché doit s’emparer.
 
100%Media : Plus globalement, la TV est-il un média sur lequel l’ACPM veut s’investir. Comment ?
 
Stéphane Bodier : L’ACPM est le tiers de confiance des médias, nous leur donnons de la valeur en certifiant leurs chiffres de fréquentation, en leur permettant de se comparer et de vendre de la publicité. La TV est en train de vivre ce que la presse a vécu il y a dix ans avec la digitalisation des usages, une mutation totale, avec les opérateurs de téléphonie au cœur de ce nouveau monde.
L’ACPM depuis quatre ans est en contact régulier avec tous les opérateurs et leur organisation représentative… work in progress !
Nous sommes confiants, car la transparence est une exigence de plus en plus forte au succès des affaires.
 
Propos recueillis par François Quairel
 
Partager