Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoSignature de la charte «Pour les femmes dans les médias» au ministère de la Culture

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

14/03/2019

Signature de la charte «Pour les femmes dans les médias» au ministère de la Culture

Yves Bigot (TV5 monde), Pierre-Antoine Capton (Mediawan), Véronique Cayla (Arte), Delphine Ernotte (France Télévisions), Mercedes Erra (Havas Worldwide), Hélène Etzi (Disney), Bibiane Godfroid (Newen), Laurent Guimier (Europe 1), Serge Laroye (OCS), Gilles Pelisson (Groupe TF1), Maxime Saada (Groupe Canal+), Maryam Salehi (NRJ group), Marie-Christine Saragosse (France Médias Monde), Nicolas de Tavernost (Groupe M6), Christophe Thoral (Lagardère), Laurent Vallet (INA), Sibyle Veil (Radio France), Alain Weill (NextRadioTV, SFR), soit une  vingtaine de groupes de médias et de communication ont signé mercredi une charte de bonne conduite contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes.
Cette charte a été initiée par Alexandra Crucq et aura mobilisé l’ensemble des membres du bureau de PFDM : Françoise Laborde, Laurence Bachman, Bouchera Azzouz, Françoise Marchetti, Sylvie de la Rochefoucauld, Caroline Lang, Nathalie André, Aline Marrache Tesseraud, Anaïs Bouton de Moulins, Léonor Grandsire et Laura Tenoudji.
Françoise Laborde, s'est réjouie de «faire signer un engagement féministe» à ces médias alors que «le sexisme récurrent dans les rédactions n'a choqué personne pendant de longues années». 
Les médias signataires s'engagent notamment à informer leurs salariés, à mettre en place un dispositif d'écoute et d'aide aux victimes, et à partager leurs bonnes pratiques.
«Collectivement, nous avons à coeur d'être plus attentifs, plus vigilants, dans toutes les entreprises et notamment dans les médias, parce que ça se passe sous nos yeux», a souligné le ministre de la Culture Franck Riester.
«Les victimes ne sont plus seules», souligne notamment la charte. «Elles ne sont pas jugées. Elles disposent d'une écoute bienveillante. On ne minimise pas les faits. La confidentialité est préservée. Elles peuvent être aidées sans être menacées professionnellement».
La signature de la charte a été suivie de la remise annuelle des trophées PFDM à 5 lauréates présentes pour récompenser leur parcours personnel et leur contribution à la cause des femmes. (Lisa Azuelos, Laurence Bloch, Camille Bidermann-Roizen, Claire Lajeunie, Yasmina Jaafar).
(Avec AFP)

 

Partager