Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoSanté ! par Damien de Foucault pour Adwanted

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

18/01/2021

Santé ! par Damien de Foucault pour Adwanted

Dans le cadre du prix Agence Média de l’année France by OFFREMEDIA dont le palmarès sera révélé le 28 janvier prochain, nous donnons la parole aux partenaires de l’événement. Aujourd’hui : Adwanted.
 
Célébrer les agences média, c’est célébrer la résilience. C’est célébrer, comme le disait récemment un journaliste de notre industrie à l’occasion d’une table ronde à moitié virtuelle, «l’agilité dans l’adversité».
C’est un exercice auquel ADWANTED est ravi de s’associer. Car s’il y a bien une catégorie d’acteurs qui est restée «aux côtés» de ses clients, c’est celle des agences média. Des annonceurs très silencieux dans une période où le brouhaha publicitaire avait pourtant cessé, pour reprendre timidement avec de nouvelles formes d’expression plus «corporate» pour, en fin de compte, scander à l’unisson - mais en baissant d’un ton –  à l’attention de leurs consommateurs : «nous sommes à vos côtés».
J’ai très vite cessé - mais peut-être que Kantar l’a fait ? – de compter le nombre de marques qui étaient «à mes côtés».
Puis la crise «sanitaire» à peine finie, conformément à la tradition, nous nous souhaitons une bonne… «Santé» !
 - Ah ben non, elle revient.
 - Qui, la relève ?
 - Non, la vague. Bon, ben Santé, quand-même !
 - Oui, mais de loin. …Ah, non, on ne trinque pas.
D’ailleurs, savez-vous d’où vient ce geste ? Au Moyen Âge, on buvait déjà pour sceller un accord, un mariage, une alliance… après avoir entrechoqué les timbales pour que les breuvages se mélangent ! C’était une marque de …confiance. 
La confiance dans les marques, parlons-en justement ! A titre d’exemple, celles de la Presse Quotidienne n’ont-elles pas superbement tiré leur épingle du jeu ? Ne font-elles pas la démonstration au quotidien qu’elles apportent un petit supplément d’âme à celles de leurs annonceurs ?
Zysla BELLIAT, dans une récente tribune, citait Martin Luther King qui disait : «A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis».
Avec moins d’élégance que Zysla, j’haranguais mes rares confrères «followers» sur un réseau social professionnel bien connu, le 23 mars dernier, avec ce billet d’humeur :
«Là, les brand owners, il faut y aller! L'industrie publicitaire tout entière a besoin de vous.
Certes, en période de confinement, il faut repenser ses plans media. Les modes de consommation changent, certains canaux de ventes s'altèrent, certains achats sont reportés à plus tard... Mais interrompre purement et simplement toute communication publicitaire dans une période aussi bouleversée, c'est oublier que la pub ne sert pas que des intérêts court-terme de génération de trafic en magasin ou de soutien/développement des ventes. La pub sert également des intérêts de long terme, bien connus mais trop souvent oubliés, de développement de notoriété, de préférence de marque... Dans une période atypique comme celle-ci, de faible encombrement publicitaire, c'est le moment ou jamais de prendre la parole, de changer vos KPI's, de substituer votre communication «produit» par une communication plus «corporate», par exemple.
Aujourd'hui, vos agences et leurs partenaires régies passent plus de temps à annuler vos campagnes qu'à réfléchir à des alternatives audacieuses ou à tenter de discerner les opportunités qu'une crise comme celle-ci pourrait présenter. C'est un peu comme si on demandait à des fournisseurs de creuser (à leurs frais) leur propre tombe.
Vous voulez développer une communication «conversationnelle» avec vos cibles car, dites-vous, vous avez remis le consommateur, «au centre de votre stratégie de marque» ?
Alors notez bien ceci : vos consommateurs se rappelleront d’autant plus votre marque que vous avez continué de leur parler quand ça allait mal (et ce d'autant plus que vous étiez peu nombreux à le faire).
Du temps de cerveau disponible (c'était l'expression - un peu crue, certes - d'un grand Monsieur des médias qui vient de tirer sa révérence), il y en a !
C'est peut-être le moment de l'utiliser à meilleur escient. Il en va de la survie de l'écosystème des médias... de sa bio-diversité, en tout cas.»
Je n’y changerai pas un mot, mais j’ajouterais :
Ne jetons pas la pierre à nos marques que la sidération de cette crise a laissées muettes un peu trop longtemps.
Invitons-les à reprendre la parole avec confiance, et à redécouvrir les vertus de la publicité.
A la confiance retrouvée, trinquons !
A la santé de ces entrepreneurs qui entretiennent la flamme malgré le couvre-feu.
A ces patrons de PME tributaires – c’est la loi du genre – des belles marques qu’ils ont en portefeuille mais qui ont beaucoup souffert de leur mutisme ou de leur frilosité.
A ces directeurs d’agences, donc, et à leurs équipes, qui gardent le feu sacré malgré le couvre-feu, et qui nous ont livré dans ces vidéos tournées par OFFREMEDIA (je n’en ai pas raté une seule !), des témoignages tantôt brillants, tantôt maladroits mais toujours spontanés et sincères, de la passion qu’ils ont pour leur métier de défenseurs des marques.
Chez Adwanted, nous aussi, nous restons «à vos côtés», selon la formule consacrée, pour vous aider à gagner en agilité et en efficacité, avec des outils, des systèmes et des plateformes toujours plus performants.
Au nom d’Adwanted, de Carthage, de CSE et de cette belle alliance encore toute fraîche avec OFFREMEDIA, 
Assez trinqué, maintenant, trinquons…
Santé !
 
Damien de Foucault, Vice-Président du Groupe Adwanted et Président de Mediasbook
 

 
 
 
Partager