Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoReworld Media annonce l’acquisition définitive de Mondadori France dans un contexte de protestation de l’intersyndicale de Mondadori France

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

8/08/2019

Reworld Media annonce l’acquisition définitive de Mondadori France dans un contexte de protestation de l’intersyndicale de Mondadori France

Après le feu vert sous condition de l’autorité de la concurrence, Reworld Media a annoncé le 31 juillet la finalisation de l’acquisition de 100% du capital et des droits de vote de Mondadori France auprès de la société Arnoldo Mondadori Editore- Società Per Azioni.
Avec ce rapprochement, Reworld Media revendique être le 1er groupe de presse magazine français avec : plus de 50 marques média dans l’édition magazine et digitale ; plus de 1100 collaborateurs répartis dans 11 pays ; un chiffre d’affaires annuel global de 483M€ et un EBITDA de 37,2M€ (compte non tenu des éléments non récurrents et en données pro forma établies sur la base des comptes clos au 31 décembre 2018 de chacune des sociétés).
Un communiqué de l’AFP du 1er août indique que l'intersyndicale de Mondadori France a dénoncé un passage en force. «Une telle précipitation à conclure la cession au coeur de l'été, alors que beaucoup de salariés sont en vacances, paraît particulièrement indécente» et risque de compliquer la transition et la continuité de l'activité, mais «plus encore, Mondadori et Reworld Media violent délibérément la décision rendue par le TGI de Nanterre du 11 juillet dernier», estime l'intersyndicale. Le tribunal de grande instance, saisi par le Comité social et économique de Mondadori France, avait jugé que le groupe avait négligé de consulter les salariés comme le prévoient pourtant les règles, et avait commis «un détournement de pouvoir, empêchant le CSE d'exercer ses droits à recueillir des explications utiles et à faire des propositions alternatives». Le TGI avait ainsi ordonné à Mondadori France d'entamer sous huit jours un processus d'information-consultation, ce qui, ajouté à un nouveau passage devant l'Autorité de la concurrence, aurait dû retarder de plusieurs mois l'opération, selon l’intersyndicale.
Partager