Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoRéseaux sociaux : une grande majorité des entreprises se préoccupent de leur image et déploient des systèmes de protection (étude Dii)

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

25/01/2011

Réseaux sociaux : une grande majorité des entreprises se préoccupent de leur image et déploient des systèmes de protection (étude Dii)

Plus de 83% des cadres dirigeants se disent préoccupés par les risques d'image et de réputation liés aux réseaux sociaux, selon une étude menée auprès de plus de 300 dirigeants par Development Institute International (Dii). Et 84% des sondés jugent significatifs les impacts des réseaux sociaux sur l'entreprise.
Près de 60% déclarent l'existence de mesures dans leur entreprise, de blocages de sites, en passant par les règlements intérieurs ou des dispositifs de veille. 7% des sondés citent même la révision des contrats de travail, avec des clauses spécifiques en rapport avec les réseaux sociaux. L'étude relève d'autres motifs de préoccupation : les risques de frottement entre vie professionnelle et privée, les risques de divulgation d'informations confidentielles et le temps passé par les salariés.
Près de 75% des sondés sont membres d'un réseau social, avec un usage dominé par la gestion de carrière (plébiscitée à plus de 73%). Parallèlement, 62% des entreprises saisissent les nouvelles opportunités apportées par le média social, en termes de communication directe avec les clients et d'animation de communautés, de recrutement ou de vitrine commerciale.
«40% des entreprises ont une équipe dédiée à la gestion des réseaux sociaux, constituée par la Communication, le Marketing, les Systèmes d'Information, les RH, ou parfois le Juridique. Néanmoins il est fort probable que la prise en charge du chantier fasse émerger une fonction dédiée, celle de Community Manager, pour prendre en charge toutes les problématiques, du rôle de veilleur de la réputation de l'entreprise à celui de développeur de la marque et des ventes», conclut Stéphane Baudoin, Senior Partner de l'institut de formation Dii.

Partager