Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoRapport Tessier sur la Radio Numérique Terrestre (RNT) : des points à éclaircir et des interrogations sur sa viabilité

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

13/11/2009

Rapport Tessier sur la Radio Numérique Terrestre (RNT) : des points à éclaircir et des interrogations sur sa viabilité

Marc Tessier vient de remettre au Premier Ministre les conclusions de la mission confiée en Juin dernier sur « les perspectives de financement du projet de Radio Numérique Terrestre ».

Au-delà de la nécessité de clarifier différents points tels que le mode d’attribution des fréquences, le calendrier de lancement, la confirmation de l’arrêt des autres modes de diffusion, le niveau de mesure de la qualité de réception en indoor, le coût du projet supporté par chaque éditeur mais aussi l’engagement de couverture, le mode d’organisation des décrochages locaux, les modalités de la campagne de lancement, les solutions pour une bonne réception en mobilité, les conditions pour que la réception de signaux numériques soit obligatoires dans tous les terminaux, le rapport reste réservé quant à la viabilité du projet.

Outre les interrogations sur le bénéfice client (est-il suffisant ?), les équipements de réception (seront-ils disponibles et à quel coût ?), l’impact des nouveaux modes de réception et l’évolution des usages des consommateurs sur le déroulement du projet et son économie, la mission soulève le problème du financement du projet. La rentabilité d’un volume de dépense compris entre 600 millions et 1 milliard € en 10 ans selon la couverture retenue ne pourrait se justifier que dans la perspective de projection de croissance publicitaire de + 25% si les éditeurs supportaient à eux seuls les coûts. L’Etat pourrait en prendre une partie à sa charge mais ce coût serait trop élevé au regard des avantages collectifs escomptés.

Concernant les seuils de concentration, bien qu’ils ne soient pas uniquement liés au projet de la RNT, la mission recommande une révision des taux et de se rapprocher d’un seuil de 17 à 18% de l’audience potentielle (vs 8 à 10% actuellement).
 

Partager