Vous êtes ici

Ajouter à mon espace perso«Publicité et nouvelles censures - la publicité bouc émissaire» : nouvel avis du Conseil de l’Éthique Publicitaire

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

26/08/2020

«Publicité et nouvelles censures - la publicité bouc émissaire» : nouvel avis du Conseil de l’Éthique Publicitaire

L’été 2020 voit sonner en France une charge puissante contre la publicité, accusée de causer ou d’entretenir maux individuels (addictions, frustrations, mésestime de soi) et désordres collectifs (inégalité homme/femme, insuffisante diversité et désordres climatiques), estime le Conseil de l’Éthique Publicitaire (CEP), instance associée de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).
Suite à ce constat, le CEP publie un nouvel avis intitulé Publicité et nouvelles censures - La publicité bouc émissaire, qui tente d’analyser les différents assauts dont la publicité fait l’objet au travers de dix chapitres :
1. La publicité, réceptacle de nombreuses haines sociales
2. Une société en demande de censure, d’autorité et de sanction
3. De quel symptôme la publicité est-elle l’objet ?
4. Pour autant, est-il «interdit d’interdire» en publicité ?
5. Jusqu’où les vertus du concept d’intérêt général ?
6. Le risque d’une tyrannie des minorités ?
7. Dans le tout normatif, une double menace, politique et anthropologique
8. Où la publicité doit-elle s’adapter, où doit-elle résister ?
9. Pourquoi tant d’hostilité ?
10. Peut-on restaurer la confiance sans mentir ?
Dans sa conclusion, le CEP fait ses recommandations aux professionnels de la publicité : la profession doit s’organiser rapidement pour dénoncer les stéréotypes et les caricatures et expliquer les idéologies qui les sous-tendent ; il faut rappeler sans cesse que le récepteur n’est pas cet être incapable de discernement, et qui doit être «protégé» ; tous les acteurs de la publicité et de la communication doivent se mobiliser pour lutter contre cette idéologie de l’écologisme et plus généralement de la bien-pensance pour mettre en place un travail de réflexion critique sur la dégradation objective de l’expérience de publicité ; il faut enfin agir pour lutter contre l’emprise des plateformes numériques structurantes (GAFA).
Cet avis, rédigé par Pascale Marie, synthétise les réflexions du Conseil de l’Éthique Publicitaire composé de : Dominique Wolton (président), François d’Aubert (vice-président), Zysla Belliat, Myriam Boucharenc, Laurence Devillers, Catherine Jean-Joseph Sentuc, Cristina Lindenmeyer, Pierre-Marie Lledo (personnalités indépendantes) ; Albert Asseraf, Pascal Couvry, Clémence Gosset, Thierry Libaert, Natalie Rastoin, Gérard Unger, (professionnels), avec la participation d’Alain Grangé Cabane (Réviseur de la Déontologie Publicitaire).
Partager