Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoProjets d‘interdiction de la publicité sur certains produits : l’Union des marques, la Filière Communication et l’AACC co-signent une tribune pour porter des solutions positives et ouvertes

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

6/10/2020

Projets d‘interdiction de la publicité sur certains produits : l’Union des marques, la Filière Communication et l’AACC co-signent une tribune pour porter des solutions positives et ouvertes

Franck Gervais, Président de l’Union des marques, Mercedes Erra, Présidente de l’Association pour les actions de la Filière Communication et Laurent Habib, Président de l’AACC ont co-signé une tribune intitulée «Avant d’interdire». Cette tribune est soutenue par plus de 20 organismes professionnels représentant l’ensemble des acteurs de la publicité et de la communication qui se mobilisent pour une transition écologique réussie.
Quelques jours avant des projets législatifs qui pourraient interdire de faire de la publicité sur certains produits jugés polluants ou nuisibles, la tribune rappelle qu’en publicité, «les interdictions sont toujours contre-productives. La publicité est faite pour promouvoir, en positif».
Concernant la période actuelle, ils précisent que «les mesures d’interdiction et de limitation compromettraient toute chance de reprise. Si l’on veut éviter une crise durable et son corollaire, le chômage de masse, la priorité doit être à la relance. Nous avons besoin que les entreprises commercent normalement, et donc que les gens consomment normalement».
Les cosignataires s’inquiètent également des répercussions sur les médias, qui vivent principalement de la publicité. «Il n’existe pas d’autre système qui permette aux médias de se financer en restant accessibles. Ils ont perdu 20% de leurs ressources publicitaires en raison de la pandémie. Va-t-on leur infliger une baisse supplémentaire de 20% ? Il en va de la pluralité du paysage médiatique français, et in fine, de la démocratie.»
Ils s’inquiètent aussi des conséquences sur la filière communication, «un écosystème de 52 milliards d’euros et 750 000 emplois (directs et indirects), constitué à 60% de TPE et PME, déjà mis à mal par la pandémie, qui risque de ne pas s’en relever».
 
Partager