Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoPrévisions marché publicitaire en 2022 : +6,8% en France, +8,7% dans le monde, selon Dentsu

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

19/07/2022

Prévisions marché publicitaire en 2022 : +6,8% en France, +8,7% dans le monde, selon Dentsu

Selon l’étude «Global Ad Spend Forecast» de Denstu, les dépenses publicitaires en France devraient croite de +6,8% en 2022 et en 2023 et +6,5% en 2024 pour atteindre 19,4 Mds US$.

Au niveau mondial, elles devraient augmenter de 8,7% en 2022 pour atteindre 738,5 Mds US$. Les prévisions indiquent qu'en 2023, le marché mondial de la publicité augmentera de 5,4% pour atteindre 778,6 Mds US$ et sera suivi d'une nouvelle augmentation de 5,1% en 2024.

“Ces nouvelles prévisions d’investissements médiatiques sont publiées dans un contexte mondial complexe où l’on observe une inflation croissante des prix des médias, de nombreuses tensions géopolitiques, de nouvelles élections clés à venir et l’arrivée imminente d'un des événements sportifs mondiaux les plus attendus de l'année, la Coupe du monde de la FIFA” souligne le rapport.

Dans le détail, le numérique continue de stimuler la croissance des dépenses publicitaires mondiales en 2022 (+14,2%) pour atteindre 409,9 Mds US$, ce qui représente 55,5% du global. La vidéo (+23,4%), le paid social (+21,9%), le search (+12,9%) et le programmatique (+19,9%) tirent ce segment vers le haut...

La Coupe du Monde de la FIFA fera croître les dépenses publicitaires en télévision de 3,6%,qui atteindront 192,8 Mds US$. Dans ce contexte, la télévision traditionnelle augmentera de 2%, la télévision connectée (CTV) de 22,3% et la vidéo à la demande de 16%, les audiences se déplaçant vers les plateformes numériques.

L'affichage (OOH) et le cinéma connaîtront également eux une croissance à deux chiffres en 2022 (respectivement 11,5% et 19,6%). La radio devrait également connaître une croissance beaucoup plus rapide qu'initialement prévue, avec une nouvelle prévision à 5% pour l'année, contre 2% dans les prévisions de janvier dernier.

Partager