Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoPrésidence d’Esomar, c’est parti… il faut voter ! par Luc Laurentin

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

4/03/2021

Présidence d’Esomar, c’est parti… il faut voter ! par Luc Laurentin

Anne-Sophie Damelincourt se présente à la présidence d'Esomar. L’opportunité d’une présidence française au sein d’une organisation sectorielle mondiale aux enjeux multiples, portée par une femme de surcroit, me conduit à cette prise de parole.
C’est une magnifique opportunité pour faire rayonner notre vision du métier au niveau international.
Plusieurs choses dans le programme d’Anne-Sophie raisonnent de concert avec les actions de Syntec Conseil Etudes.
- D’abord sa vision sur «l’accompagnement dans la transformation de notre Industrie».
- «La volonté d’ouverture», notamment humaine qu’elle prône,
- «L’excellence» des expertises de notre domaine qu’elle revendique en insistant sur notre éthique, et la conformité de notre secteur avec les règles de protection des données.
- La nécessité de «la Célébration» car nous sommes effectivement bien timides et humbles par rapport à d’autres secteurs et nous ne parlons pas assez de nos talents, de nos rôles dans la prise des décisions en entreprise et dans la société, de notre capacité à être en veille permanente pour détecter les tendances alors que les standards de comportements sont chamboulés et que les entreprises, les institutions et les marques ont l’impérative obligation de s’adapter aux nouvelles attentes des publics.
À l’image d’un inconditionnel de Games of Thrones qui aurait raté la saison 2 de sa série favorite, nous avons parfois l’impression d’être passés à côté de changements de comportements fondamentaux.
Et pourtant, il est possible de comprendre les évolutions du monde actuel, de comprendre «notre société spectacle, cette société du virtuel, du jeu vidéo*», de comprendre l’instantané, de comprendre les nouveaux usages, de comprendre les attentes cachées, de comprendre l’acte d’achat, de comprendre la nature du lien qui relie les salariés à l’entreprise, … en s’appuyant sur le monde des Études qui, depuis toujours, a pour vocation d’aider à écouter et à «lire» ce que racontent les données afin de permettre de rester ancrés dans l’époque et de transformer tous ces enseignements en actions grâce à notre capacité de conseil.
Cette société du spectacle est aussi celle de la fragmentation et de la défiance.
«Les» consommateurs, «les» clients, «les» collaborateurs, cela n’existe plus.
Nous sommes face à des individualités mouvantes, qui s’agrègent en fonction de leurs intérêts, de leurs émotions, et n’ont souvent en commun que leur sentiment de distance à la marque, à l’entreprise qui s’adresse à eux.
Pour saisir ces mouvements de consommation ou d’opinion, le big data, l’écoute des réseaux sociaux sont nécessaires. Ils sont rarement suffisants.
Les acteurs du secteur des Études se sont transformés, ils ont fait évoluer leur métier au cours des dernières années en prouvant leur capacité à s’adapter aux enjeux et aux demandes de la société.
Nous, professionnels des Études issus du monde de la Recherche, avons à cœur d’accompagner les entreprises, les institutions et les marques dans leur dynamique, afin de les aider à comprendre les véritables attentes de leurs interlocuteurs et ainsi recréer un lien de confiance et ce mondialement.
Alors oui, soyons nombreux à voter pour Anne-Sophie Damelincourt pour conjuguer nos forces au niveau international, pour faire entendre notre voix et contribuer à amorcer de nouvelles relations avec les publics et traduire de multiples enseignements en véritables opportunités de business ou de dialogue.
 
*Madame Langage
 
Luc Laurentin. Président de la commission Etudes de Syntec Conseil et Vice-Président de  BVA
Partager