Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoPlein Cadre : le retour des vrais couplages ?

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

1/02/2010

Plein Cadre : le retour des vrais couplages ?

Il fut un temps où les couplages, véritable expression de l’exception créative française en matière de médias, dominaient l’actualité commerciale de la presse. Et parmi eux, à côté du PQR66 et de Cadres Hebdo, Plein Cadre comptait parmi les plus dynamiques et les plus puissants. Un véritable défi aux esprits chagrins qui depuis maintenant une vingtaine d’années au moins essaient d’amener la presse quotidienne nationale de qualité au boulevard des allongés.

La crise économique et financière mondiale, vite devenue une crise dévastatrice du marché publicitaire, est passée par là. Faible en 2008, l’utilisation de Plein Cadre est devenue presque nulle en 2009. La faute à qui ? Mais aux éditeurs, bien sur, qui n’ont pas su s’adapter à la nouvelle donne. Pendant que les rédactions se mettaient au travail, produisant coup sur coup des formules riches et innovantes (entre 2009 et 2010, Le Figaro, Le Monde, Libération, Le Parisien, L’Equipe, Les Echos et France Soir auront fait leurs mues),  que les sites web des grands journaux prenaient systématiquement la tête des classements des sites de news publiés chaque mois par Médiamétrie – Le Figaro et Le Monde pour l’actualité générale, Les Echos pour l’économie, L’Equipe pour le sport -  leurs régies publicitaires se limitaient à des ajustements de détail de l’offre, et n’étaient même pas en mesure de proposer une extension numérique de Plein Cadre.

Finalement, depuis le 1er février, c’est chose faite. Plein Cadre New, Food et Event, avec à la clé un prolongement puissant sur le web, sont sur le marché. Ils ne resteront pas seuls. Avec des prix compétitifs et une transversalité print-web finalement achevée, les couplages des marques de presse sont appelés à jouer un rôle croissant dans le paysage publicitaire de la nouvelle décennie. Les annonceurs et leurs conseils jugeront vite, nous en sommes convaincus, de la pertinence de ce pari.

Luciano Bosio (Le Figaro), Fabrice Février (Les Echos), Francis Maire (Le Monde), Eric Schnubel (L’Equipe)
 

Partager