Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoOffensive de SFR/Altice sur la publicité locale

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

12/04/2019

Offensive de SFR/Altice sur la publicité locale

Tandis qu’Alain Weill, Président-Directeur général d’Altice France et son management exposaient hier, en conférence de presse, les détails du redressement de SFR, il a défini le local comme source de développement pour 2019. Au niveau éditorial, il entend faire émerger les chaînes locales. Grâce au financement de SFR, BFM Paris se développe avec 500 000 téléspectateurs par jour.
BFM Lyon, qui va remplacer Télé Lyon Métropole (voir archive), devrait voir le jour avant la prochaine rentrée. D’autres projets suivront en cas de succès, a-t-il indiqué.
En 2019, SFR partira à la conquête de la population des professionnels. L’équipe commerciale destinée à la vente pour le btob pourrait, après formation dédiée, commercialiser, en plus des prestations SFR, de l’espace pour les chaînes locales avec un niveau de granularité important. A l’image de Google ou Facebook, Altice ira prospecter des annonceurs ultra-locaux, tels que les promoteurs immobiliers, les concessionnaires auto, les acteurs de la distribution ou les restaurateurs avec des tickets d’entrées de 1 000 à 2 000 Euros reporte l’AFP.
S’exprimant sur le conflit de distribution avec Free, Alain Weill plaide pour l’équité de traitement entre les groupes puisque Free rémunère déjà les groupes TF1 et M6. La rémunération des chaînes «va dans le sens de l’histoire» selon lui dans la mesure où «dans 10 ans, la TNT sera marginale en France». Il précise que le mode fibre sera alors disponible partout en France et que les services délinéarisés seront beaucoup plus importants. Il estime que dans 5 ans, par exemple, 50% de l’audience de RMC Découverte sera délinéarisée. Dès lors, les opérateurs tels que Free doivent rémunérer ce service pour les usages du téléspectateur.
Partager