Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoTrop de quantitatif tue le qualitatif, par Michel Montagnier, directeur de la publicité de La Croix

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

13/11/2007

Trop de quantitatif tue le qualitatif, par Michel Montagnier, directeur de la publicité de La Croix

Le Quotidien La Croix réalise la 2ème édition, avec l'institut Scenarï, de l'approche sémiologique des unes de la PQN :
quel quotidien national, pour quelles informations, pour quel contrat de lecture?

C'est en partant de ce constat que nous avons mis en place une étude sémiologique des unes de la PQN qui offre aux acteurs du marché publicitaire une approche différente de la connaissance de la PQN et qui devienne un observatoire neutre de l'évolution des titres de la PQN.

Etudier la PQN en partant du journal, notamment des Unes, plutôt que du Lecteur.

Pourquoi les Unes ? Parce que c'est l'élément le plus signifiant du journal, celui qui envoie au lecteur le message le plus fort. Chacun des titres de la PQN a sa propre personnalité et nous avons cherché à établir leur code ADN, à savoir, à travers le type d'information délivré quel est leur contrat de lecture.

En 2006 huit titres (Aujourd'hui en France, La Croix, Le Figaro, Le Monde, Libération, L'Humanité, 20 Minutes et Metro) avaient été étudiés au travers de la combinaison de signes et sens qui a abouti à la création de 4 grands territoires de traitement de l'information sur lesquels chaque titre occupait une place spécifique avec une coloration propre.

Depuis, l'arrivée de Matin Plus, Direct Soir, le retour de France Soir en kiosque et l'évolution de La Croix, il était intéressant de voir leur place ainsi que leur influence éventuelle sur les positionnements observés en 2006.

Cette nouvelle étude s'est déroulée pendant une période riche en informations, à savoir l'élection présidentielle.
Ainsi chaque titre se trouve avec un totem soit identique à l'étude précédente, soit avec une nouvelle évolution.


En tout état de cause cette étude montre la richesse de l'offre rédactionnelle de la PQN et de ses différentes expressions, ainsi que ce media reste en constant mouvement contrairement à des idées un peu trop hâtivement établies.

Partager