Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoNicolas Sarkozy installe le Conseil National du Numérique

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

27/04/2011

Nicolas Sarkozy installe le Conseil National du Numérique

Nicolas Sarkozy a installé mercredi 27 avril le Conseil national du Numérique (CNN), censé améliorer le dialogue entre les pouvoirs publics et les acteurs de l'économie numérique. Cet organisme doit permettre d'apporter un éclairage systématique au gouvernement sur les questions touchant au Web. Gilles Babinet (Musiwave, Eyeka, MXP4, etc.) en a été élu président cet après-midi à l'occasion de la première réunion du conseil. La création du CNN avait été annoncée fin 2010 par le ministre Eric Besson.
18 membres bénévoles ont été nommés pour participer à ce Conseil (voir liste complète ci-dessous). 18 personnes qui «savent de quoi elles parlent lorsqu'elles parlent d'Internet», se félicite Jean-Baptiste Descroix-Vernier, PDG et fondateur de Rentabiliweb et lui-même membre du CNN. Ce nombre n'est cependant «pas coulé dans le marbre», affirme Nicolas Sarkozy. Les membres du conseil ont rencontré le président de la République à deux reprises au cours des derniers mois.
Tableau Jdn
En installant cet organisme, le président de la République a tenu à apaiser les tensions qui avaient pu opposer la majorité et l'univers du Web sur certains sujets. Nicolas Sarkozy a notamment admis des ratés dans la politique numérique menée par les différents gouvernements Fillon, parmi lesquels les lois Hadopi (une «solution imparfaite», «qui a pu [...] fâcher» le gouvernement avec le monde de l'Internet) ou la récente réforme du statut des jeunes entreprises innovantes qui complique l'accès des start-up au financement («une balle perdue» reconnaît le président).
«On ne peut pas rester à deux mondes qui s'ignorent, s'inquiètent et se méconnaissent» a reconnu le président de la République, faisant référence aux pouvoirs publics et aux acteurs de l'économie numérique. Désormais, le CNN devra être systématiquement consulté par le gouvernement sur des questions législatives et réglementaires touchant à la politique numérique du pays. Affirmant que le gouvernement est «à l'écoute» du conseil, Nicolas Sarkozy a exhorté ses membres à s'autosaisir et à donner leur avis sans qu'il ne soit formellement sollicité. «On ne sera pas toujours d'accord» prévient cependant le chef de l'Etat.
Les premières pistes de travail du CNN doivent être définies cet après-midi lors de la première réunion formelle du conseil. Différents sujets attendent déjà les membres du CNN, comme le projet de «taxe Google» ou la neutralité du Net. Le fondateur de Meetic, Marc Simoncini, souhaite pour sa part travailler à l'amélioration de la formation aux métiers du numérique ou à la mise en place de leviers permettant de favoriser l'entreprenariat, pourquoi pas au travers d'un «e-business act». Un sujet sur lequel le rejoint le co-fondateur de Deezer, Daniel Marhely qui souhaite en plus évoquer l'amélioration de l'offre légale de contenus en ligne.
Nicolas Sarkozy espère par ailleurs que son CNN fera des petits à l'étranger. «Le CNN n'aurait aucun sens s'il était confiné au seul territoire national», a expliqué le président de la République. L'organisation du G8 de l'Internet fin mai à Paris devrait permettre d'initier d'autres conseils du numérique. Les Etats-Unis y réfléchiraient notamment, assure le président.

Voir video intégrale de presentation

 

Partager