Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoMarché des études : stabilité et recherche de jeunes talents liées à la mutation du métier

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

21/06/2019

Marché des études : stabilité et recherche de jeunes talents liées à la mutation du métier

Selon l’Observatoire du marché des études 2019 de Syntec Conseil, fédération des métiers du conseil dont font partie les professionnels des études, le chiffre d’affaires du marché des études est évalué à 2,16 milliards d’euros en 2018 (-1% par rapport à 2017). C’est un temps d’arrêt après une croissance soutenue des dix dernières années.
90% des dirigeants d’instituts sont optimistes concernant leurs propres activités pour 2019 (1 point de plus par rapport à 2018), malgré 35% de pessimistes face au marché dans son ensemble.
Les plus petits instituts (de moins de 1,5 millions de chiffre d’affaires) déjouent cependant la tendance globale : ils ont connu en moyenne une croissance de 2,6% en 2018. Avec toutefois de fortes disparités de croissance entre eux.
Les instituts de taille moyenne (entre 1,5 millions et 15 millions de chiffre d’affaires) connaissent la plus importante décroissance avec une baisse de 15,5 points.
Les instituts de plus de 30 millions d’euros de chiffres d’affaires restent dans la tendance globale malgré un timide retour à la croissance (+1% par rapport à 2017).
Les nouvelles formes d’activités connexes telles que la data, le conseil, l’accompagnement stratégique, le recueil de données passives ou encore l’analyse du trafic en ligne a poussé les instituts à diversifier les profils recrutés. Ces recrutements ont majoritairement eu lieu dans les domaines de l’analyse SML, la data science et le développement informatique, la neuroscience, la recherche et le développement en méthodologie, le planning stratégique et les designers.
Le secteur a enclenché une large transformation et recrute de nouveaux profils de plus en plus diversifiés, même si la proportion des moins de 35 ans dans le marché des études reste faible (41% contre 84% dans le marché du conseil en management et stratégie).
Partager