Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoL’Europe sans frontières médiatiques

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

8/06/2009

L’Europe sans frontières médiatiques

A peine plus de 40% des électeurs ont voté dimanche. Une nouvelle preuve que L’Europe trop lointaine et désincarnée n’intéresse pas grand monde, affirment les commentateurs avisés. Fermons donc vite cette parenthèse européenne et revenons à des sujets jugés plus proches des préoccupations immédiates des lecteurs et des téléspectateurs français, va-t-on une nouvelle fois en conclure dans les rédactions. Ainsi, rien ne va changer : télévision, presse quotidienne, news et magazines continueront, de temps en temps, d’évoquer ce qui se passe chez nos voisins européens, mais avec toujours aussi peu de conviction. Par nécessité, parce qu’il est quand même difficile d’ignorer totalement la réalité européenne.

La persistance de cette attitude de bon nombre de média vis-à-vis de l’actualité politique, sociale et économique chez nos voisins européens, est pourtant de plus en plus anachronique aujourd’hui alors que nous sommes près de 500 millions de concitoyens à vivre sur un territoire commun et sans frontières. Des hommes et des femmes unis dans la diversité à l’heure de la mondialisation qui sont confrontés aux mêmes problèmes de la vie quotidienne. Un demi-milliard de personnes qui nous ressemblent avec leurs rêves, leurs initiatives, et leurs réussites, ce sont pourtant une multitude de sujets d’articles susceptibles d’intéresser les lecteurs dans l’Hexagone. On évoquait naguère le « kilomètre sentimental » pour expliquer que seule l’information de proximité intéressait le lecteur. Loin des yeux, loin du cœur. Soit. Mais, en 2009, à l’heure des compagnies low cost, aller d’un coup d’aile à Rome ou Dublin prend approximativement le même temps et coûte pas plus cher que d’aller de Paris à Lyon en TGV. La proximité est désormais européenne. Mais si les distances sont abolies, les barrières médiatiques restent intactes. Dommage.

L’Europe des médias reste à construire !

Crédits photos : C.SLEE
 

Partager