Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes stéréotypes sur l’image de la femme dans la publicité télévisée persistent d’après le CSA

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

2/11/2017

Les stéréotypes sur l’image de la femme dans la publicité télévisée persistent d’après le CSA

Sur les 2055 publicités visionnées entre octobre 2016 et avril 2017, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a constaté que les experts sont presque exclusivement des hommes (82% vs. 18% de femmes expertes). Les deux tiers des publicités présentant des personnages avec des connotations sexuelles mettent en scène des femmes (67% vs. 33% pour les hommes).
Par secteur, les femmes sont majoritairement représentées dans les publicités concernant «l’entretien du corps» (63%), tandis que les jeux d’argent sont à 78% représentés par des hommes.

«Ce décalage trop fréquent entre le mouvement de la société et l’image médiatique qui en est donnée offre un écho singulier aux débats actuels sur la place des femmes dans notre société et montre l’acuité de ces problématiques», souligne la conseillère Sylvie Pierre-Brossolette, en charge du droit des femmes. L’étude porte sur le dernier écran publicitaire avant 20 heures de l’ensemble des chaînes historiques et des nouvelles chaînes de la TNT, soit vingt-quatre chaînes : TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5, M6, C8, W9, Cstar, TMC, NT1, NRJ 12, France 4, Gulli, France Ô, HD1, L’Equipe, 6ter, RMC Découverte, Numéro 23, Chérie 25, BFMTV, Cnews et LCI.
 

Partager 

1 commentaire

Sur le critère de la “sexualisation”, le CSA n’a relevé que 55 films publicitaires, soit 2,7 % du corpus étudié, un différentiel d’un petit point avec les hommes.
Et cette représentation qualifiée de “sexualisation” par le CSA est évidemment conforme tant aux règles déontologiques de décence et de dignité, qu’à la réglementation, pour des spots diffusés aux carrefours d’audience familiale étudiée. Pour la profession l’ARPP y veille depuis 25 ans cette année.