Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes ressources humaines, enjeu majeur du e-commerce d’après la dernière étude KPMG France et Fevad

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

1/10/2021

Les ressources humaines, enjeu majeur du e-commerce d’après la dernière étude KPMG France et Fevad

Dans le monde du e-commerce, face aux nouvelles habitudes et attentes des consommateurs, les distributeurs issus du monde physique ont évolué vers un modèle omnicanal et doivent intégrer à leur feuille de route l’acquisition de nouvelles compétences et expertises digitales et c’est désormais la question de l’acquisition et de la requalification de compétences transverses à l’ensemble des canaux qui se pose indique la 5ème édition de l’étude conjointe Fevad et KPMG.
La tendance actuelle met l’accent sur l’acquisition de nouveaux clients, faisant la part belle aux métiers liés au SEO, au SEA et au Social Media Management, tandis que les métiers autour de la fidélisation client et du CRM restent en retrait.
L’IT et le développement web représentent un besoin important, que les distributeurs peinent à résorber. La Data & les analytics sont des compétences que les plus grands distributeurs ont commencé à acquérir depuis plusieurs années.
Parmi les profils les plus recherchés en 2021 : data scientist, approvisionneur, coordinateur logistique, supply planner, logistics manager, directeur d’exploitation logistique transport, responsable lean/excellence opérationnelle, responsable RSE. Sont aussi et surtout recherchés, les nouveaux profils hybrides et transverses à toutes les formes de commerce et sur tous les canaux.
Pour faire face à la pénurie de talents, les distributeurs développent des stratégies d’«upskilling» et de «reskilling», en mobilisant des investissements internes ou publics, inscrits à l’agenda des dirigeants, pour assurer la montée en compétences des collaborateurs de longue date par la formation, et en garantissant leur adaptation aux évolutions induites par le développement du commerce unifié. Les «soft skills» sont par exemple très importantes par rapport aux «hard skills» qui deviennent vite obsolètes.
 
Partager