Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes recettes publicitaires de Radio France n’iraient pas sur les autres radios si Radio France devait renoncer à la publicité d’après Sibyle Veil

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

14/01/2021

Les recettes publicitaires de Radio France n’iraient pas sur les autres radios si Radio France devait renoncer à la publicité d’après Sibyle Veil

Les COM (contrats d’objectifs et de moyens) 2020-2022 de l’audiovisuel public qui seront effectifs à la fin du mois avec, pour la première fois, un volet commun aux sociétés audiovisuelles publiques, faisaient l’objet d’une table ronde à la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat mardi 12 janvier dernier.
Y participaient les dirigeants des sociétés de l’audiovisuel public : Delphine Ernotte Cunci, Présidente de France Télévisions, Sibyle Veil, Présidente-directrice générale de Radio France, Bruno Patino, Président du directoire d’Arte France, Marie-Christine Saragosse, Présidente-directrice générale de France Médias Monde et Laurent Vallet, Président de l’Institut national de l’audiovisuel.
En introduction, le sénateur Laurent Lafon regrettait l’abandon de la loi sur l’audiovisuel et pointait les manquements des futurs COM portant sur une durée de 2 ans, contre 3 prévus dans la loi.
Sibyle Veil a été interrogée par le sénateur Jean-Raymond Hugonet à propos des recettes publicitaires. Il cite les chiffres du COM avec une progression sensible des recettes extérieures pour Radio France de 63M€ en 2020 à 77M€ en 2022. Les recettes publicitaires passeraient de 51M€ en 2020 à 55,7M€ en 2022 sans plafond spécifié selon le sénateur. Sibyle Veil justifie la tendance par l’effet de base que constitue le point bas de 2020. Elle précise également la durée très modérée de la publicité sur les antennes. Elle répond aux acteurs de la radio privée qui militent contre la publicité sur Radio France en indiquant que l’arrêt de la publicité sur Radio France n’apporterait pas plus d’auditeurs sur les autres radios, donc pas de publicité en plus. Elle précise que la publicité qui ne pourrait prendre place sur les antennes de Radio France irait chez les GAFAS. Elle affirme également que beaucoup d’annonceurs ne feraient pas de radio si Radio France ne pouvait pas être un support. Elle réclame enfin une forme de solidarité dans le secteur de la radio.
Partager