Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes plaintes à la Cnil ont bondi de 27% en 2019

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

10/06/2020

Les plaintes à la Cnil ont bondi de 27% en 2019

Les plaintes déposées auprès de la Cnil, le gardien de la vie privée des Français face au numérique, ont augmenté de 27% en 2019 pour atteindre 14 137, selon le rapport d'activité annuel de l'institution publié mardi.
Ce chiffre témoigne de «la très forte mobilisation autour du Règlement européen de la protection des données personnelles (RGPD)», note la Cnil.
Le RGPD est entré en vigueur à la mi-2018. En 2018, le nombre de plaintes à la Cnil avait déjà augmenté de 32%.
«Près d'un tiers des plaintes porte sur la publication de données personnelles (identité, photographies, vidéos, etc.) sur Internet (moteurs de recherche, réseaux ) sociaux, sites personnels, presse en ligne, annuaires...)», note la Cnil.
Par ailleurs, 10,7% des plaintes concernent «la surveillance des employés sur leur lieu ou pendant leur temps de travail», au moyen d'outils tels que la vidéosurveillance, la géolocalisation, les écoutes téléphoniques.
«La vidéosurveillance concentre le plus de plaintes, notamment lorsque les caméras filment les postes de travail en permanence ou les lieux de pause, enregistrent le son ou lorsque les images sont visibles à distance», note la Cnil, qui relève également que ces plaintes ne visent pas que des acteurs privés, mais aussi des acteurs publics.
Côté répression, le nombre de mises en demeure est légèrement en baisse en 2019 (42 contre 49), comme le nombre de sanctions (8 contre 11).
Le montant des sanctions en revanche explose à 51,37 millions d'euros (1,196 millions en 2018), du fait de l'amende record de 50 millions d'euros infligée à Google en janvier 2019.
Google avait été sanctionné pour défaut d'information de ses utilisateurs sur l'exploitation de leurs données personnelles. 
Cette amende record, contre laquelle Google a fait appel, était rendue possible par le RGPD, qui prévoit désormais des sanctions pouvant aller jusqu'à 4% de leur chiffre d'affaires pour les entreprises ne respectant pas la vie privée de leurs utilisateurs, à des fins publicitaires par exemple.
(Avec AFP)
Partager