Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes médias traditionnels (hors courrier) restent stables pour les 3 premiers mois de 2018 avec une évolution de -0,5%

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

23/11/2018

Les médias traditionnels (hors courrier) restent stables pour les 3 premiers mois de 2018 avec une évolution de -0,5%

Pour l’ensemble des trois trimestres 2018, les recettes nettes des médias sur le périmètre observé par l’IREP qui n’intègre pas Internet sur la période sont en baisse de -0,9% par rapport aux 3 trimestres 2017. Hors média courrier, qui perd -2,6%, la baisse est contenue à -0,5%.
Par rapport aux 6 premiers mois de l’année, l’évolution est plus favorable pour plusieurs médias pour le cumul des 9 mois : la TV (+2,3% contre 1,6%), la radio (+1,3% vs -0,6%), PQN (-6,2% vs -7,1%), PQR (-3,7% vs -4,1%), Publicité Extérieure (+0,8% vs 0).
 
D’un point de vue sectoriel, la distribution reste la 1ère source de revenus du marché avec 16% des investissements malgré un ralentissement davantage lié à un effet de base, car ce marché enregistrait une forte croissance l’an dernier à la même période à +7,2%. Dans ce contexte, on observe un dynamisme plus marqué pour les enseignes spécialisées (+2,4%) que pour les enseignes généralistes (+0,2%).
Parmi les secteurs qui progressent le plus en valeur, l’automobile observe une croissance de +7,8%  Le secteur tourisme restauration est également très dynamique avec +8,9%.
 
 
 
Le marché global de la communication poursuit sa reconquête, avec une estimation totale à +2,5%, qui est légèrement supérieure aux premières estimations. Dans ce contexte, ces chiffres confirment notre hypothèse que le marché de la communication reflète bien la croissance économique française, également à +2,5 % (PIB). Cette croissance s’explique toujours par le dynamisme des médias numériques à +15,1%, et plus particulièrement par celui des médias propriétaires numériques qui continuent leur croissance à +20%. Pour rappel, ce segment, mesuré depuis cinq ans, comprend les budgets supportés par les directions de la communication pour la création de sites et d’applis, la gestion, l’analyse et l’exploitation des bases de données, ainsi que la création de contenus et l’animation des réseaux sociaux. 
Pour l’année 2018, selon France Pub, les cinq médias (presse, télévision, radio, publicité extérieure, cinéma) ainsi que les autres leviers de communication retrouvent l’équilibre avec une évolution étale ou proche de 0%.
Partager