Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes Français mobilisés pour regarder les JO d’hiver à la TV d’après une étude d’Altman Solon

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

7/02/2022

Les Français mobilisés pour regarder les JO d’hiver à la TV d’après une étude d’Altman Solon

Une nouvelle enquête menée par Altman Solon, cabinet de conseil en stratégie dédié aux secteurs des télécommunications, des médias et des technologies (TMT), constate un fort intérêt de la part des fans à l'échelle mondiale pour les JO d’hiver. 40 à 60% des fans se disent intéressés. Par ailleurs, selon une estimation de cette étude, les téléspectateurs regarderont davantage les Jeux de 2022 à Pékin qu'ils ne l'ont fait en 2018. 
Plus de la moitié (58%) des fans de sport français ont l’intention de regarder les Jeux Olympiques d’Hiver 2022. Selon l’enquête menée par Altman Solon, la France est le pays qui montre le plus d’intérêt pour cette compétition, devant le Royaume Uni, l’Allemagne, l’Italie, et les Etats-Unis.
Par ailleurs, la compétition est globalement suivie à tout âge : 44% des 55 ans et plus, ainsi que par 57% des 18 et 34 ans. C’est néanmoins la population active qui est la plus intéressée : 67% des 35-54 ans amateurs de sport affirment regarder les Jeux Olympiques.
L’écrasante majorité des Français prévoit de regarder les Jeux Olympiques en clair, sur les chaînes de télévision gratuite (75%). Il en va de même pour le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie, où au moins la moitié des téléspectateurs compte faire de même, au contraire des Etats-Unis, où ils seront 52% à passer par des chaînes de télévision payantes.
Le ski alpin (32%) et le patinage artistique (24%) sont les sports olympiques les plus populaires auprès des téléspectateurs français. D’autres sports, telle bobsleigh, ne génèrent que peu d’engouement en France (6%), alors qu’il est assez populaire au Royaume-Uni (21%).
L'enquête sur les Jeux olympiques d'hiver a été menée à la mi-janvier auprès de plus de 2 500 personnes interrogées dans cinq pays.
Partager