Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes comparateurs en ligne en perte de croissance d’ici 2022 d’après une étude de Xerfi Precepta

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

19/02/2020

Les comparateurs en ligne en perte de croissance d’ici 2022 d’après une étude de Xerfi Precepta

Les comparateurs en ligne, utilisés par les consommateurs pour chercher la meilleure offre au meilleur prix sur internet, semblent aujourd’hui moins plébiscités, selon une étude de Xerfi Precepta intitulée : «Les armes des comparateurs en ligne pour la bataille de l’audience - Monétisation de la data, stratégie de contenu, expérience utilisateur : quelles perspectives et leviers de croissance à l’horizon 2022 ?».
Alors qu’ils ont enregistré une croissance de leur trafic organique de +6,3% par an entre 2012 et 2019, le rythme de croissance de ces comparateurs en ligne devrait ralentir d’ici 2022 (+4% par an en moyenne). Toutefois, les comparateurs liés aux dépenses contraintes (énergie, télécom, finance essentiellement) sont moins touchés par ce ralentissement. Ainsi, le trafic dans le domaine de l’énergie a enregistré une hausse de +3,8% par en moyenne depuis 2012, en lien avec l’explosion du nombre d’offres d’électricité et de gaz depuis la libéralisation du marché pour les particuliers en 2007. Un mouvement similaire est à l’œuvre dans la finance, suite aux avancées sur la mobilité bancaire ou la résiliation anticipée des contrats d’assurance. La mesure liée à la résiliation des complémentaires santé à tout moment et sans frais donnera par ailleurs une impulsion supplémentaire aux comparateurs.
En revanche, l’horizon est moins optimiste pour les comparateurs d’offres de biens et d’équipements (informatique, mode, généralistes, etc.). Alors que leur trafic a chuté de 12% par an entre 2012 et 2019, ils doivent désormais affronter la concurrence de Google avec ses services Shopping ou Flight mais aussi la place croissante des marketplaces comme Amazon, Cdiscount, Alibaba et désormais Joon ou Wish.
Pour rester dans la course, les comparateurs de prix multiplient les initiatives, comme se renforcer sur des moteurs de recherche alternatifs. Ainsi, après son bras de fer avec Google, le géant allemand Axel Springer, propriétaire du comparateur idealo.fr, est entré au capital de Qwant. Poursuivre les investissements sur le petit écran est une autre piste à creuser. D’ailleurs, parmi les 20 premiers annonceurs en ligne en 2018 figuraient sept éditeurs de comparateurs dont Tripadvisor.
Au-delà de ces efforts marketing, les éditeurs de sites ont redoublé d’efforts pour éduquer le marché et lever les barrières à l’utilisation des comparateurs. Surtout, ils misent désormais sur l’amélioration de l’expérience client, entre autres via les chatbots. 
 
Partager