Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes cadres français pessimistes, en demande d’assistance et moins ouverts sur les solutions pour la reprise économique d’après Kantar

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

15/01/2021

Les cadres français pessimistes, en demande d’assistance et moins ouverts sur les solutions pour la reprise économique d’après Kantar

Près des deux tiers (61%) des entreprises au niveau mondial ont réduit leurs dépenses marketing de 36,7% en moyenne en 2020, tandis que la moitié des entreprises (50%) a réduit ses dépenses de communication et médias de 39,3% en moyenne.
La France est très en ligne avec ces niveaux internationaux d’après les données de l’étude Kantar Global Business Compass menée auprès des cadres du monde entier sur la reprise économique.
41% des cadres interrogés s'attendent à une reprise à mi 2021. Les cadres français sont 39% à penser que la reprise se produira en 2022 voire après (vs. 27% au global).
Les cadres s’attendent à des opérations de fusion et acquisition (58%). Les cadres français anticipent davantage de prises de participation de l’Etat dans les secteurs stratégiques (68% vs 42%) et moins d’adaptation au travers de lois de protection des salariés (28% vs. 46%).
Si le e-commerce est une priorité stratégique pour plus de 70% des personnes interrogées dans le monde, cela n’est vrai que pour 56% d’entre elles en France.
La France est également en retrait sur la redéfinition des stratégies commerciales comme priorité (44% dans le monde vs. seulement 24% en France), la redéfinition du périmètre du business (géographie, catégories) (47% dans le monde vs 36% en France) et les nouvelles manières d’envisager la relation client (49% dans le monde vs 36% en France).
Par ailleurs, plus de la moitié des cadres internationaux (54%) expriment la nécessité d'un soutien continu du politique, principalement sous la forme d'une amélioration des conditions fiscales ou d'un report des paiements d'impôts.
En France, le taux de satisfaction sur le soutien de l'État est bien plus élevé (45%) et le niveau de critique très faible (4%).
Partager