Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes agences de publicité peinent à valoriser leurs prestations en France d’après l’Insee

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

8/10/2020

Les agences de publicité peinent à valoriser leurs prestations en France d’après l’Insee

Les agences de publicité sont nettement moins dynamiques que les autres services aux entreprises selon l’Insee : leur valeur ajoutée stagne et les ventes croissent modérément : +1,8% par an entre 2009 et 2019 en volume. Les prix sont stables depuis 2014 du fait d’une forte pression tarifaire.
Les entreprises du secteur des agences de publicité réalisent un chiffre d’affaires de 12,3 milliards d’euros et une valeur ajoutée de 5,0 milliards en 2017. Elles emploient 64 000 salariés. Parmi les 17 300 entreprises du secteur, près de 800 entreprises sont constituées en groupe et près de 16 600 sont indépendantes. Ce sont majoritairement des microentreprises (63% du chiffre des affaires des entreprises mono-unités légales). Par ailleurs, ces entreprises ont un taux de marge supérieur à celui des entreprises organisées en groupe (16% contre 9%).
Les agences de publicité sont affectées début 2020 par la crise sanitaire comme l’ensemble des services indique l’étude, mais le retour à la normale semble moins rapide que dans d’autres secteurs. Leur chiffre d’affaires diminuerait de 6% en volume au premier trimestre, avec une baisse de près de -15% de février à mars. La chute serait plus prononcée en avril et mai (baisse de près de -25% par rapport à février). En juin, elle serait enrayée, mais l’activité resterait fortement déprimée (– 22% par rapport à février). Au total, l’activité se replierait de 20% au deuxième trimestre.
Le chiffre d’affaires et la valeur ajoutée dégagés par les agences publicitaires sont moins dynamiques en France qu’en Allemagne et au Royaume-Uni. Ainsi, entre 2009 et 2017, les chiffres d’affaires des agences implantées au Royaume-Uni et en Allemagne progressent respectivement de 59% et de 42%, contre seulement 9% pour celles implantées en France.
 
Partager