Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLes abonnés des comptes non fiables sur Twitter génèrent un nombre de retweets 10 à 20 fois plus élevé que les abonnés aux comptes fiables d’après une étude du CSA

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

27/11/2020

Les abonnés des comptes non fiables sur Twitter génèrent un nombre de retweets 10 à 20 fois plus élevé que les abonnés aux comptes fiables d’après une étude du CSA

Dans le cadre de la loi relative à la lutte contre la manipulation de l’information du 22 décembre 2018 et des nouvelles compétences du CSA, le Conseil a réalisé une étude sur les phénomènes et mécanismes de propagation et de correction des fausses informations sur Twitter. L’étude de 81 pages propose un éclairage sur les mécanismes de propagation et de correction des fausses informations sur le réseau social.
Elle montre que les comptes d’information les moins fiables sur Twitter possèdent un nombre d’abonnés significativement plus faible que la majorité des comptes d’information fiables. Cependant, les comptes connus pour partager de fausses informations font jeu égal, en termes de retweets, avec les comptes fiables. Les abonnés des comptes non fiables ont en effet une propension beaucoup plus élevée à contribuer à la diffusion des informations diffusées sur ces comptes que les abonnés des comptes fiables, avec un nombre de retweets par abonnés 10 à 20 fois plus élevé selon l’indicateur retenu. L’analyse a également montré que les comptes non fiables privilégient largement des thématiques d’actualité et liées à des sujets clivants. Ainsi les Tweets traitant de politique, d’immigration, de santé, de religion et de terrorisme représentent plus de la moitié du corpus étudié. L’analyse quantitative montre la surreprésentation de termes liés la délinquance, l’immigration, Israël et la Palestine, la pédophilie, l’Islam ou encore la franc-maçonnerie. Ces comptes utilisent massivement des contenus non textuels (images, vidéos, liens, etc.) et renvoient fréquemment aux sites internet liés aux comptes mais également à des sources issues de médias traditionnels. Une analyse en termes de graphe fait par ailleurs ressortir que de nombreux comptes peu fiables possèdent une proportion significative d’abonnés communs ou se suivent mutuellement sur Twitter.

Partager