Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLe secteur Publicité et études de marché dans la moyenne des services pour la perte d’activité d’après la Banque de France

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

9/04/2020

Le secteur Publicité et études de marché dans la moyenne des services pour la perte d’activité d’après la Banque de France

La Banque de France produit une enquête mensuelle de conjoncture (EMC) dans l’industrie, les services marchands et le bâtiment. Pour mesurer l’activité en période de crise, l’EMC a été réalisée par téléphone entre le 27 mars et le 3 avril auprès d’un échantillon de      8 500 entreprises.
Selon cette approche sectorielle, la perte d’activité sur une semaine-type de confinement est estimée à −32% dans l’ensemble de l’économie et de -37% dans les services.
Dans les services marchands, le nombre de jours de fermeture exceptionnelle en mars est de 6 jours en moyenne, avec des écarts encore plus importants : entre 1 jour dans l’informatique et 14 jours dans la restauration.
Dans les services aussi, les secteurs avec le plus grand nombre de jours de fermetures exceptionnels sont aussi ceux pour lesquels les soldes d’opinion relatifs à l’évolution de l’activité (par rapport au mois précédent) se sont le plus dégradés.
Le sous-secteur «publicité et études de marché» se situe légèrement sous la moyenne du secteur avec 7 jours  de fermeture.
Selon la Banque de France, la contraction du PIB au 1er trimestre 2020 est estimée autour de -6% ; chaque quinzaine de confinement entraîne une perte de PIB annuel proche de -1,5%.
 
Partager