Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLe marché publicitaire français atténue sa régression à -2,5% tiré par le digital ainsi que la publicité extérieure et la TV qui confirment leur redressement

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

20/03/2015

Le marché publicitaire français atténue sa régression à -2,5% tiré par le digital ainsi que la publicité extérieure et la TV qui confirment leur redressement

Le marché publicitaire réduit son érosion en 2014 avec -2,5% de recettes pub (Irep) et -1,6% de dépenses des annonceurs. Les chiffres étaient respectivement de -3,6% et de -3,0% en 2013. Les prévisions 2015 restent dans le rouge avec -1% de recettes pub pour l’Irep et -0,6% de dépenses annonceurs France Pub.
La publicité extérieure et la télévision confirment leurs tendances positives visibles dès le premier semestre 2014 pour la publicité extérieure et à partir du 3ème trimestre pour la télévision (voir archive). Côté recettes publicitaires, en 2014, la publicité extérieure progresse de +0,8% (vs -1,7% en 2013) et la TV de +0,1% (vs -3,5% en 2013). Au sein de la publicité extérieure, le digital représente désormais 83M€, en progression de +21% vs 2013. La progression du marché est tirée par le digital avec Internet (display, search, mobile), qui progresse de +4,6% après avoir gagné +4% en 2013. Le marché aurait baissé de -4,5% sans les médias digitaux.
Le digital talonne désormais la presse en part de marché, à 19,1%, contre 20,7% pour la presse.
Le média presse subit de nouveau un revers important -8,7% (-8,4% en 2013) malgré quelques «niches» moins déflationnistes : -5% pour la PHR et -2,7% pour la PQR extra-locale. La presse gratuite d’information glisse à -14,5%. La radio connaît une tendance 2014 moins bonne que 2013 : -1,4% (-0,4% en 2013).
NL1117-image-irep2
Les dépenses de communication des annonceurs France Pub représentent 29,6 milliards €. Elles sont en baisse de -1,6%. La tendance est tenue par la distribution (stable) qui maintient les ISA (+0,3%) et génère une hausse d’Internet (+26,5%), de la radio (+6,2%) et de la promotion (+5,6%). Le secteur des services se tient également avec -0,9%, comprenant une baisse des mailings (-12,3%), des annuaires (-6,8%) et des foires et salons (-5,2%) et une hausse de la télévision (+1,6%), d’Internet (+19,7%), de la promotion (+4,5%) et des RP (+4%).
NL1117-image-irep3

Partager