Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLe groupe TF1 donne un nouvel élan et une nouvelle dimension à MYTF1

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

6/06/2019

Le groupe TF1 donne un nouvel élan et une nouvelle dimension à MYTF1

A partir du 11 juin, un nouveau MYTF1 sera dévoilé au public en OTT, sur les interfaces mobiles, desktop et tablettes. Dans la forme, le portail vidéo inaugure un nouveau logo, un nouveau player, la promesse d’une qualité de diffusion 2 fois plus importante, une taille de player supérieure d’un tiers et des fonctions enrichies comme la VOST.
Sur le fond, si MYTF1 conserve le coeur de sa proposition sur le replay classique des chaînes du Groupe avec 6 000 heures de contenus, elle enrichit son catalogue avec 2 500 épisodes de 40 séries répartis en 5 verticales : mangas, novelas, fictions françaises, séries américaines et de télé réalité. Elles seront alimentées de créations originales ou de créations spécifiques (MYTF1 Exclusive).
En termes de navigation, un moteur de recommandation a été déployé, ce qui permet de renforcer les capacités data, en complément du log-in, pour personnaliser l’expérience éditoriale et publicitaire de l’internaute.
La publicité change également de vision : TF1 Pub ne commercialisera que de l’espace vidéo et élimine l’inventaire display, y compris les interstitiels. La régie s’engage également à diminuer de 30% la durée des pré-rolls au profit des midrolls. L’objectif du groupe TF1 est de généraliser les campagnes en ciblage data, afin d’améliorer l’efficacité, la qualification, et de reprendre in fine de la valeur. La régie affiche un CPM amélioré de +50% grâce à cette exploitation. Le groupe propose également des ciblages croisés avec ses autres pure players digitaux (Aufeminin, Marmiton…) qui lui permettent d’adresser des communautés féminines particulièrement appétentes.
Enfin, la pression publicitaire sera modulée en fonction du device utilisé. Ainsi, le mobile verra sa pression diminuer au profit des autres écrans.

 

Partager