Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLe groupe Marie Claire donne de nouvelles ambitions à la marque La Revue du Vin de France

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

21/03/2016

Le groupe Marie Claire donne de nouvelles ambitions à la marque La Revue du Vin de France

Le numéro 600 de la Revue du Vin France (RVF) est sorti vendredi, sous une nouvelle formule : plus grand, avec un nouveau design plus tendance et plus moderne et des nouvelles rubriques. Mais au-delà du magazine, le groupe Marie Claire déploie un plan d’action pour développer le business de la marque sur tous les terrains : les revenus du magazine proviennent à 50/50 de la diffusion et de la publicité. Le groupe entend développer les revenus publicitaires hors-captifs, qui ne comptent actuellement que pour 5% des revenus publicitaires, grâce au positionnement premium du magazine. Pour cela, Thomas Herson, ex Directeur Commercial d’Havas Media, vient de rejoindre GMC Media en tant que Directeur de la publicité et du développement de la RVF.
Le captif a progressé de +10% en 2015 selon Jean-Paul Lubot, Directeur Général délégué du groupe Marie Claire et Président de La Revue du vin de France, avec un lectorat composé à 30% de professionnels et à 70% de grand public amateur.

Sur le web, le site de la RVF fait jeu égal en tête des audiences de sa catégorie avec son concurrent direct du groupe Figaro (avec environ 300 000 VU) selon Jean-Paul Lubot. Pour autant, le groupe entend garder au site sa dimension éditoriale et n’entrera pas dans le ecommerce pour le moment.
Sur le publishing, la RVF renforce son «Guide Vert» en augmentant la pagination de 200 pages. Au second semestre, une nouvelle collection de mini-guides (exemple : les 200 meilleurs Bourgogne...) à bas prix aura pour vocation à aller chercher un lectorat plus jeune.
Sur l’événementiel, la RVF va inaugurer son 10ème salon pour le grand public et va décliner, à partir du 24 octobre, son activité en btob avec la création des «master pros» à Paris, des rencontres thématiques en petit groupe (30 personnes) entre vignerons et acheteurs.
Enfin, le titre mise également sur la data avec la centralisation des données alimentés par les dégustateurs du titre qui goûtent jusqu’à 20 000 vins par an…

Diffusion : le titre revendique 50 000 exemplaires par mois dont 20 000 abonnés.

Partager