Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLe Gouvernement annonce sa stratégie nationale pour le Cloud

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

18/05/2021

Le Gouvernement annonce sa stratégie nationale pour le Cloud

Pour répondre aux enjeux du Cloud, le Gouvernement a élaboré une stratégie reposant sur 3 piliers : le label cloud de confiance destiné aux entreprises et administrations françaises pour bénéficier des meilleurs services (suites bureautiques collaboratives, outils de visioconférence, etc.) tout en assurant la meilleure protection pour leurs données ; la politique «Cloud au centre» de l’administration pour accélérer la transformation numérique du service public ; une stratégie industrielle inscrite dans le cadre de France Relance qui permettra d'asseoir la souveraineté française et européenne accompagnant la construction de nouveaux outils Cloud.
Le label cloud de confiance pour une souveraineté des données renforcée a pour but de protéger les données des entreprises, des administrations et des citoyens français.
Ce label Cloud de confiance, qui repose notamment sur le visa SecNumCloud délivré par l’ANSSI sera octroyé aux fournisseurs de service. Certains des services Cloud sont édités par des entreprises étrangères, notamment américaines. C’est pourquoi le label Cloud de confiance permettra de nouvelles combinaisons comme la création d’entreprises alliant actionnariat européen et technologies étrangères sous licence.
Avec l’adoption de la politique «Cloud au centre», le Gouvernement fait du Cloud un prérequis pour tout nouveau projet numérique au sein de l’État.
Le troisième pilier de la stratégie Cloud de l’Etat consiste en un soutien direct à des projets à forte valeur ajoutée dans le cadre du 4ème Programme d’Investissements d’Avenir et de France Relance. Cette action identifiera et soutiendra des projets industriels de développement de technologies cloud en France. Elle vise notamment les technologies critiques telles que les solutions PaaS pour le déploiement de l’intelligence artificielle et du big data ou encore les suites logicielles de travail collaboratif et doit permettre à l’Europe et à la France de progresser dans sa souveraineté technologique.
Un Appel à Manifestation d’intérêt a déjà permis d’identifier 5 projets pour un montant supérieur à 100m€. Ces projets impliquent des grands groupes, des PME, des start-ups et des organismes de recherche, et couvrent les domaines des plateformes de travail collaboratives, du edge-computing, notamment dans le contexte de l’IoT, ainsi que des communications sécurisées.

Partager