Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLe CSA réitère son appel à préserver le financement du service public

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

9/04/2019

Le CSA réitère son appel à préserver le financement du service public

Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel Roch-Olivier Maistre a défendu de nouveau lundi le maintien d'un financement dédié, pérenne et stable du service public, pour la bonne santé de toute la filière audiovisuelle française, alors qu'un ministre a proposé récemment de supprimer la redevance TV.
Lors d'un discours au MIPTV, grand-messe internationale de la télévision qui se déroule jusqu'à jeudi à Cannes, Roch-Olivier Maistre a rappelé le rôle indispensable que jouent les chaînes publiques et privées dans la vitalité de la production audiovisuelle hexagonale, un secteur qui génère 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires par an et crée des emplois.
«Je profite de cette occasion pour redire ici l'importance qui s'attache à maintenir un financement dédié du service public audiovisuel qui garantisse, par sa pérennité et sa stabilité, l'indépendance de ces entreprises et préserve leur capacité à soutenir et accompagner, de manière décisive, la production cinématographique et audiovisuelle», a-t-il souligné.
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a proposé récemment de supprimer la contribution à l'audiovisuel public, ou redevance télé, d'un montant de 139 euros par an. Elle est adossée à la taxe d'habitation, qui doit être supprimée d'ici à la fin du quinquennat, ce qui alimente des débats récurrents sur son avenir.
La redevance télé, qui génère plus de 3 milliards d'euros de recettes nettes par an, est la principale source de financement de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France...) et pour les défenseurs du service public, il est inenvisageable qu'elle soit supprimée sans qu'une autre source de financement dédiée et pérenne soit trouvée.
Le ministre de la Culture Franck Riester, le CSA et de nombreuses organisations de l'audiovisuel et du cinéma avaient réagi en ce sens dès la proposition de M. Darmanin énoncée.
Le CSA «entend, plus que jamais, ne pas être cantonné au seul rôle de gardien de la loi, même si cette mission est noble et que nous l'assumerons pleinement. Il souhaite endosser pleinement le rôle de tiers de confiance, garant des équilibres complexes de l'écosystème des médias audiovisuels et soutien indéfectible de la création française et européenne», a également assuré Roch-Olivier Maistre.
(Avec AFP)
Partager