Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLa relation journaliste/attaché de presse reste forte malgré la crise d’après le Synap

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

20/05/2021

La relation journaliste/attaché de presse reste forte malgré la crise d’après le Synap

Entre décembre 2020 et mars 2021, le Synap a fait réaliser par son partenaire Data Observer une étude pour évaluer les transformations induites par la crise sanitaire sur les relations entre journalistes et attachés de presse. 76% des journalistes interrogés ont indiqué que les informations transmises par les conseillers en relations publics représentaient plus de 50% de leurs sources d’information. 77% du panel considèrent que ces informations leur sont utiles, voire très utiles.
Sont considérés comme «essentiels» les grands classiques : dossiers de presse (85%), les communiqués (76%) et les études et enquêtes (69%). Les infographies (60%), les éléments iconographiques (59%) et les verbatims et citations (49%)  sont appréciés par la majorité, mais restent moins utiles que les précédents. Enfin, les vidéos, livres blancs et podcasts sont majoritairement perçus comme peu utiles, voire inutiles par les journalistes.
2 tiers des interrogés déclarent recevoir plus de 50 communiqués de presse par semaine, et près de la moitié (47%) plus de 100. Les journalistes déclarent privilégier des relations plus directes et personnalisées, que ce soit à l’occasion de rencontres individuelles (86%), d’interviews téléphoniques (81%) ou de conférences de presse physiques (73%). Les conférences de presse virtuelles sont moins appréciées (62%).
Au-delà des documents reçus, les journalistes sont également fortement sollicités par les attachés de presse et conseillers en relations publics : 89% déclarent que leurs relations sont fréquentes (pour 52%), ou assez fréquentes (37%). À noter que ces échanges ne sont pas nécessairement à l’initiative du journaliste : ils peuvent souvent prendre la forme de relances par mail ou téléphone – ce qui peut parfois être ressenti comme intrusif par le journaliste. Mais globalement, 61% d’entre eux estiment que les relations sont bonnes ou très bonnes.
45% des journalistes sont invités à au moins 2 événements par jour.
Etude réalisée entre décembre 2020 et mars dernier auprès de 159 journalistes.
 

 

Partager