Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLa progression du e-commerce alimentaire se construit avec les géants de la distribution, les plateformes internationales et les initiatives locales d’après Xerfi Precepta

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

6/12/2018

La progression du e-commerce alimentaire se construit avec les géants de la distribution, les plateformes internationales et les initiatives locales d’après Xerfi Precepta

Alors que le marché alimentaire n’a enregistré qu'une hausse limitée à +2% par an entre 2010 et 2018 en France, le e-commerce alimentaire est en revanche en essor de +15% par an sur la même période, selon une étude de Xerfi-Precepta intitulée «Les enjeux et stratégies dans le e-commerce alimentaire - Livraison express, drives urbains, investissements logistiques, alliances stratégiques... : bouleversement du jeu concurrentiel et nouveaux leviers de croissance pour les distributeurs».
Sachant que le e-commerce alimentaire (drive et livraison) représente à peine plus de 6% des ventes totales de PGC FLS actuellement, il devrait progresser de +10% par an en moyenne d’ici 2021 pour représenter près de 8% des ventes totales de PGC FLS, selon les prévisions de Xerfi Precepta.
Le développement des sites marchands des géants de la distribution alimentaire (E.Leclerc, groupe Casino et Carrefour notamment) sera le principal vecteur de la croissance. Mais c’est sans conteste, l’arrivée d’Amazon Fresh sur le marché français qui est la menace concurrentielle la plus susceptible de bousculer les positions actuelles, précise l’étude. Pour contrer la menace Amazon, certains géants français de la distribution ont rejoint l’écosystème concurrent de Google, voire ont noué un partenariat avec le groupe américain (Carrefour). A tel point qu’une ligne de fracture pourrait se dessiner entre les distributeurs «pro-Google» et les distributeurs «pro-Amazon».
Selon Xerfi, la piste locale est également à prendre en compte : le marché de la livraison des petits commerces de proximité pourrait bel et bien se structurer à l’initiative des puissantes plateformes de livraison de restaurants (Uber Eats, Deliveroo…) ou d’un acteur comme La Poste, déjà présent sur le marché des circuits courts (via Pourdebon) et sur celui de la livraison de repas (via Resto-In).
Les groupes coopératifs agricoles, qui nourrissent de sérieuses ambitions dans la distribution de produits frais, sont également de puissants concurrents en devenir.
Partager