Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLa pénétration des podcasts natifs gagne 10 points en 2 ans d’après l’institut CSA

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

11/10/2021

La pénétration des podcasts natifs gagne 10 points en 2 ans d’après l’institut CSA

L'engouement des Français pour le podcast natif continue de progresser, ce nouveau média appartenant de plus en plus à leur quotidien, selon une étude rendue publique dimanche à l'occasion de la 4e édition du Paris Podcast Festival. Désormais 33% en écoutent contre 29% en 2020 et 23% en 2019, soit +10pts en 2 ans, d'après cette étude réalisée par Havas Paris et l'institut CSA Research, en partenariat avec Podinstall.
 «Le profil de l'auditeur a aussi commencé à évoluer», selon Julie Gaillot, directrice du pole Society de l'Institut CSA Research, qui parle d'une «démocratisation» du podcast.
Certes, le portrait robot du noyau dur des adeptes (les auditeurs dits hebdomadaires) reste le même: un cadre supérieur de 35 ans, habitant d'une grande agglomération, avec enfants, ultra connecté et grand consommateur de biens culturels. Mais en prenant en compte les «auditeurs mensuels ou occasionnels, le profil est beaucoup moins typé: il ressemble à l'ensemble des Français, au niveau de l'âge et de la profession», note Mme Gaillot.
Pour les habitués, «le podcast est devenu un véritable réflexe: près de 80% d'entre eux déclarent qu'il fait partie de leur quotidien, contre 74% en 2020», selon l'étude. Fait notable: une montée en puissance très forte des contenus jeunesse, «une habitude probablement liée à la période pandémique, pendant laquelle les parents ont préféré l'écoute aux écrans», d'après les auteurs.
Malgré leur enthousiasme, la majorité des auditeurs hebdomadaires n'est pas prête à payer pour leur écoute: 63% d'entre eux préfèrent avoir des podcasts gratuits avec pub, contre 37% payants sans réclame.
L'étude a été réalisée en ligne du 16 au 27 août auprès de 1.007 personnes (dont un échantillon représentatif de la population nationale, plus un sur-échantillon de personnes écoutant régulièrement des podcasts natifs).

(Avec AFP)

 

Partager