Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLa lanceuse d'alerte de Facebook auditionnée le 10 novembre à l'Assemblée

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

27/10/2021

La lanceuse d'alerte de Facebook auditionnée le 10 novembre à l'Assemblée

La lanceuse d'alerte et ancienne employée de Facebook, Frances Haugen, sera auditionnée le 10 novembre par les députés français, a-t-on appris de sources parlementaires hier. Mme Haugen a déjà été entendue lundi, par les parlementaires britanniques, et participera à l'ouverture du Web Summit de Lisbonne le 1er novembre avant d'être entendue par une commission du Parlement européen le 8 novembre. 
Comme révélé par plusieurs médias et journalistes spécialisés, la «tournée européenne» de l'informaticienne qui a fait fuiter des études montrant que Facebook a conscience de la nocivité de sa plateforme, passera par le Palais Bourbon qui abrite l'Assemblée nationale française.
Elle y sera questionnée par les députés de la commission des Affaires économiques - dont dépendent les questions liées au numérique - mais aussi par ceux de la commission des Lois, qui vont se pencher dans la foulée sur une proposition de loi consacrée à la protection des lanceurs d'alerte. 
«Nous devons être vigilants et à l'écoute des lanceurs d'alertes. Leur mission est de nous interpeller, celle des députés est de comprendre l'éclairage qu'ils apportent pour pousser à prendre des décisions qui pourraient s'imposer», a commenté auprès de l'AFP, le président de la commission des Affaires économiques, Roland Lescure.
Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et le réseau social se sont déjà élevés contre les accusations de Frances Haugen et mis en avant ses initiatives pour lutter contre la haine en ligne. 
Facebook a dégagé 9,2 milliards de dollars de bénéfices nets au troisième trimestre, soit 17% de plus qu'il y a un an, rare bonne nouvelle pour le groupe californien, plongé dans l'un de ses pires scandales. 
Depuis plus d'un mois, les journaux américains égrènent des articles fondés sur les «Facebook papers», des milliers de documents internes remis à la SEC, l'autorité boursière, par Frances Haugen.
(Avec AFP)
Partager