Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLa consommation collaborative va s’installer durablement, selon l’Observatoire de la Confiance du Groupe La Poste réalisé avec TNS Sofres

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

15/11/2013

La consommation collaborative va s’installer durablement, selon l’Observatoire de la Confiance du Groupe La Poste réalisé avec TNS Sofres

Le Groupe La Poste consacre son dernier baromètre de la Confiance, réalisé avec TNS Sofres, au thème de la consommation collaborative : revente d’objets, achat en direct, d'occasion, covoiturage, autopartage, troc, colocation… 48% des Français la pratiquent régulièrement et 32% disent vouloir s'y mettre alors que 20% seulement sont réfractaires.
L’Observatoire de la Confiance constate qu’«à l'heure où l'on parle de notre société comme d'une société de défiance, 59% des Français disent avoir confiance dans les échanges entre particuliers et même 78% de ceux qui pratiquent la consommation collaborative». Ces derniers se montrent d’ailleurs plus confiants dans l’avenir (46%, +8 points) que le reste de la population, et plus confiants dans la reprise économique (37%, +11 points).
Les nouvelles pratiques de consommation s’installent durablement : 51% des adeptes comptent la pratiquer davantage, 41% autant et seulement 8% moins. 74% estiment que leurs changements de comportements seront durables, 59% qu'ils pourront représenter à l'avenir un poids important dans leurs achats et 66% un poids important dans l'économie en général.
Les motivations sont variées : 63% veulent payer moins cher et 55% trouver des «bons plans» et bonnes affaires, 38% évoquent la possibilité de faire durer les objets, de leur donner une seconde vie, 28% estiment que ce modèle de consommation est meilleur pour la société et 18% sont simplement attirés par un modèle différent.
Il existe cependant des freins à ces pratiques : le manque de garanties et SAV (59% de citations), l'absence de sécurisation des transactions financières (48%), le manque de praticité pour récupérer les produits achetés à distance (29%) et la complexité pour les vendre à distance (14%).
Le terrain de cette étude a été réalisé par TNS Sofres. Les interviews ont été effectuées par Internet du 15 au 17 octobre 2013, sur un échantillon national de 1005 personnes âgées de 15 ans et plus.

Partager