Vous êtes ici

Ajouter à mon espace perso«J’aimerais vraiment voir la renaissance d’une organisation interprofessionnelle de la radio». Itw de Béatrice Leroux Barraux, groupe NRJ

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

8/01/2018

«J’aimerais vraiment voir la renaissance d’une organisation interprofessionnelle de la radio». Itw de Béatrice Leroux Barraux, groupe NRJ

A la tête du développement commercial et des développements numériques du groupe NRJ depuis début septembre, Béatrice Leroux Barraux nous détaille sa feuille de route et ses objectifs pour NRJ Global et pour le digital. La radio NRJ, à l’origine de toutes les activités du groupe, aura un rôle moteur dans les actions commerciales qui auront pour objectif de faire progresser le nombre d’annonceurs de la régie. Une accélération est prévue dans le domaine des contenus et opérations spéciales ainsi que dans le numérique. Enfin, Béatrice Leroux Barraux appelle de ses vœux un nouvel élan dans les actions interprofessionnelles du média radio pour défendre les intérêts du média.
 
100%MEDIA : Sur quelles bases avez-vous construit votre feuille de route 2018 ?
 
Béatrice Leroux Barraux : L’enjeu est important car nous opérons sur 3 médias : la radio, la TV et le digital. Nous devons bien sûr concentrer nos moyens sur notre média phare et notre vaisseau amiral : la radio et la marque NRJ. Je veux rappeler la force de nos marques et particulièrement le leadership et les valeurs de la marque NRJ au cœur de notre offre. NRJ est la marque leader sur les jeunes et sur les cibles publicitaires clés. Elle dispose d’un capital sympathie exceptionnel dans l’esprit des Français, ce qui la rend plus attractive. Mais au-delà de la puissance de nos marques, rappeler l’efficacité du média radio sur les ventes, démontrée par ailleurs avec notre étude Glob Shopper, est notre priorité. De plus nous sommes à l’aube d’une révolution du son. Plus que jamais, avec les smartphones, la radio s’écoute partout et cette présence va encore s’amplifier grâce aux enceintes connectées. Aux USA, 70% des possesseurs d’enceintes connectées écoutent plus de contenus audio et 65% écoutent plus de musique. La radio est plus que jamais un média très moderne. Plus de 50% des recherches vont se faire par la voix dans le futur et le son va devenir essentiel. Autre illustration, les podcasts renouent avec la croissance. Notre ambition particulière pour la radio est de faire goûter le media à de nouveaux annonceurs, particulièrement FMCG car nous savons que c’est une opportunité très «drive-to-sales». Par ailleurs il faut aussi que de nouvelles marques accèdent simplement au media grâce à notre offre d’entrée «Access Radio». Alors, plus que jamais nous allons être proches des marques et de leurs agences pour leur proposer et leur démontrer l’efficacité de la radio.
En télévision, nous avons une offre très différenciante avec NRJ12, la chaîne la plus Millennials de France. Cette jeunesse-là influence les autres générations bien plus que les précédentes.
Chérie25, quant à elle, s’appuie sur ses programmes forts. L’année 2017 est une année record pour Chérie25. Nous avons donc toutes les raisons d’être attractifs pour les marques et nos conditions commerciales en sont le reflet.
 
100%MEDIA : Qu’en est-il des opérations spéciales et du digital ?
 
BLB : Sur les contenus et les OPS, nous créons NRJ Global Factory, une équipe entièrement dédiée aux opérations spéciales et aux événements. Nos opérations sont très nombreuses et très intégrées avec l’antenne, le digital, le terrain et même l’influence avec notre MCN Share Fraiche. NRJ Global Factory va être rapprochée de Spot Machine, notre entité de production audio et vidéo. Un pôle diversification va être adjoint à la Factory pour développer les sources de revenus de la régie.
Sur le digital, bien qu’étant en position de force sur l’audience mobile des 15-24 ans, on a des ambitions importantes. Nous allons développer les formats, améliorer l’UX de nos webradios, mieux monétiser les podcasts et lancer NRJ Play sur mobile.
L’offre accompagnera la digitalisation de nos programmes. D’autres verticales vont également voir le jour.
 
100%MEDIA : Faut-il reconstruire une alliance des régies radio ?
 
BLB : Je souhaite comme je l’ai exprimé dans la première question, remettre en avant la capacité de la radio à être un média majeur, avec la TV dans le «drive-to-sales». L’efficacité de la radio est un sujet qui devrait être travaillé avec l’ensemble des régies radio. J’aimerais vraiment voir la renaissance d’une organisation interprofessionnelle de la radio pour défendre les intérêts du média et lancer des chantiers d’études en commun. En création, nous devons également rapprocher le média radio des agences de création.
La création en radio peut être tellement puissante et émotionnelle…
 
Partager