Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoItw : la prise de participation de BVA Group dans Babel expliquée par Laurent Habib et Gérard Lopez

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

13/09/2018

Itw : la prise de participation de BVA Group dans Babel expliquée par Laurent Habib et Gérard Lopez

C’est un nouveau type d’hybridation qui est annoncé avec la prise de participation de 30% que prend la société d’études et de conseil BVA Group dans l’agence de communication indépendante, Babel. Avec la participation de BVA Group, Babel entend financer son projet de croissance et conforter son projet stratégique avec un objectif de marge de 40 millions d’euros à horizon de 4 ans. Cette participation doit permettre à l’agence de se renforcer avec de nombreux recrutements, et en rachetant des sociétés.
Le projet vise à acquérir plus de 10 millions d’euros de marge brute, dans des domaines aussi divers que la création, le management de la réputation, le design retail, l’expérience shopper, la data et la performance opérationnelle. Le Groupe BVA, lui, veut s’affirmer comme un groupe original par sa volonté de combiner data sciences et sciences humaines pour rendre les données vivantes, et inspirantes pour la stratégie et les choix opérationnels. Laurent Habib, Président de Babel et Gérard Lopez, Président de BVA Group nous expliquent quel est le sens de ce mouvement.
 
100%MEDIA : Vous annoncez aujourd’hui la prise de participation de BVA dans Babel. Quelle est la vision derrière ce mouvement ?

Laurent Habib : Notre vision c’est que les entreprises, face à la complexité de la transformation et à la difficulté d’élaborer une offre singulière, alors que les propositions de valeur convergent, ont besoin de placer plus que jamais l’intelligence humaine et la connaissance et l’anticipation des besoins des consommateurs au cœur de leur stratégie. C’est en s’appuyant sur ce regard, à la fois original et approfondi, qu’elles construiront une grande singularité et qu’elles préserveront leur valeur.
 
Gérard Lopez : On parle beaucoup de la transformation des entreprises comme un processus figé dans le temps, alors que je l’imagine comme un processus continu. La transformation s’opère par le prisme de l’humain et de la relation client. Les entreprises doivent donc mener des réflexions sur l’évolution extrêmement rapide des systèmes de valeur et des modes de management. Il ne se passe pas une semaine sans que les individus ne se construisent de nouveaux référentiels, basés sur leurs expériences quotidiennes - arrivée de nouveaux acteurs, nouveaux modes de consommation, annonces d’alliance comme Casino avec Amazon sur prime...  qui les nourrissent, conduisant à de perpétuelles évolutions et à la création donc, de nouveaux référentiels. Or les messages que l’on reçoit sont plus ou moins différenciant et vecteurs ou non de construction d’adhésion.
Notre réflexion est donc, comment aidons-nous les entreprises à partir de la compréhension que nous avons du monde, de la data, des comportements, pour penser leur schéma de transformation, comme un schéma continu.
Pour réussir cela, il faut que nos datas au-delà du volume - qui devient très vite stérile et indigeste – nous amènent à co-digérer et co-produire avec nos clients, des systèmes d’informations qui vont permettre aux marques de rester uniques, «différenciantes» et attractives.
Pour cela nous avons besoin d’outils, design thinking, Nudge pour réfléchir sur les bonnes pratiques, mais aussi de la formation pour repenser les front office, de prototypage pour re-designer la relation client et le rôle de l’humain dans cette relation.
La relation ne s’effectuant pas uniquement par la parole, le lien par le discours, la communication et les contenus sont fondamentaux.
Nous devons donc disposer derrière la data, d’outils permettant de construire ensemble avec nos clients des schémas de transformation ou d’adaptation, dans un mode de co-production ; constituer des équipes projet mixtes, incluant les clients, ce pour apporter une véritable aide au développement du business des entreprises qui nous choisissent.
 
100%MEDIA : Quelles synergies à court/ moyen/ long terme allez-vous mettre en place ?
 
Gérard Lopez : De synergie, j’ai envie de dire qu’il n’y en a pas ! Nous ne cherchons pas à rassembler des services communs ou à faire des économies de structures ou autre. Notre vrai sujet est comment va-t-on tresser, mailler, des propositions à forte valeur pour nos clients en hybridant nos savoirs, afin de les aider à défendre et développer leurs marques. Le risque serait de juxtaposer les savoirs et les expertises, or nous voulons créer un nouveau mode de travail et de relation avec nos clients où nous nous acculturerons les uns les autres ...  clients/équipes, autour d’actions globales où les équipes interviendront ensemble dès le départ avec le client dans un mode d’acculturation.
 
Laurent Habib : Nous allons à la fois modifier et renforcer la qualité de nos offres chez nos clients en proposant une meilleure hybridation de nos savoir-faire. Et nous allons également lancer une offre de conseil qui permettra de répondre aux besoins des décideurs, qui cherchent un autre éclairage que celui des technologues pour trouver la voie de leur croissance.
Partager