Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoInternalisation et changements de mix-communication pour les professionnels du marketing en France d’après LinkedIn

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

17/07/2020

Internalisation et changements de mix-communication pour les professionnels du marketing en France d’après LinkedIn

Selon une étude réalisée par LinkedIn, la moitié (49%) des professionnels du marketing français estiment que la crise sanitaire leur a donné l’occasion de redéfinir leurs rôles, tandis que plus d’un sur deux (53%) déclarent être aujourd’hui en mesure de démontrer leur importance au sein de leur entreprise.
L’étude, réalisée auprès de 300 professionnels du marketing des secteurs B2B et B2C menée avec l’agence Coleman Parkes, indique que la grande majorité des marketeurs (81%) est optimiste pour l’avenir tandis que 43% ne doutent pas de la capacité de l’économie à rebondir rapidement.
Les professionnels s’adaptent afin de réduire les coûts et internaliser certaines fonctions, notamment : pour 52%, la planification d’événements ; pour 51%, la publicité ; pour 48%, la stratégie réseaux sociaux ; pour 47%, l’acquisition de talents ; Pour 47%, l’achat de publicité traditionnelle et pour 45%, la stratégie créative.
Plus de la moitié (55%) des marketeurs ont ajusté le contenu, le message et le ton des supports marketing, pour davantage se concentrer sur leur mission et la définition de leur vision. 45% des professionnels du secteur ont adapté les contenus ou leur approche créative afin de mettre davantage en avant l'émotion (par exemple une approche orientée sur l’humain, l'affect, etc.).
Et à plus longue échéance, les professionnels du marketing affirment qu’ils prévoient de réduire les budgets consacrés aux canaux publicitaires habituellement associés à la construction de la marque sur le long terme. Seront notamment concernés les campagnes d’affichage (45%), les événements/le marketing expérientiel (54%) ainsi que le marketing des comptes stratégiques (16%). A contrario, ils entendent augmenter les dépenses dédiées aux canaux qui génèrent habituellement des résultats à court terme, comme la vidéo en ligne (51%), l’affichage en ligne (58%) et les liens commerciaux sur les réseaux sociaux (52%).
Partager