Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoHavas Media prévoit une croissance publicitaire de 1,8% pour les médias au 1er trimestre 2011 en France

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

20/01/2011

Havas Media prévoit une croissance publicitaire de 1,8% pour les médias au 1er trimestre 2011 en France

Dans sa note conjoncturelle MPG FAST (Forecasting Analysis on Short Term), Havas Media module sa prévision d'investissements publicitaires nets (+1,8%) selon les médias. La télévision (+3,4%) et Internet (+10,9%) tirent le marché vers le haut. Les croissances prévues de 1,1% de la radio et de 1,6% pour l’affichage, sont à replacer dans le contexte de la relative embellie qu’avaient connue ces deux médias en 2010. La presse est toujours en négatif (-3,1%). L'agence média précise : «la visibilité sur le marché demeure faible.... Les stratégies de certains secteurs, comme l’automobile suite à l’arrêt des primes à la casse, sont encore empreintes d’incertitudes».
En télévision, le mois de janvier démarre bien avec quelques points d'encombrement sur le premium et 2011 s’annonce très concurrentielle. La reprise de valeur par les régies à travers moins de taux de remise et des majorations plus élevées, devrait contribuer à une hausse plus manifeste du net.
En presse, les régies réévaluent le prix moyen de la page (brut), malgré des diffusions globalement à la baisse, démultiplient les offres pour séduire les nouveaux entrants et «raidissent» leurs conditions pour les clients historiques.
Sur Internet, le display retrouve des couleurs grâce notamment à la poursuite de la montée en charge de la vidéo qui devient un format très recherché (avec une pénurie ponctuelle des espaces vidéo premium). Le développement des opérations spéciales, de la production de contenu et des investissements sur les réseaux sociaux contribue à la bonne tenue du marché.
En publicité extérieure, la stabilité de l’offre - avec une numérisation qui tarde à trouver sa place - et la bonne tenue du marché local limitent une nouvelle dégradation des prix nets. La longue conservation reste en progression tout comme l’affichage événementiel.
En radio, l'effet prix va dynamiser le marché plus que l'effet volume, du fait de l'inflation tarifaire (+ 5,3% en janvier) et de la vente d’écrans «contextualisés».

Partager