Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoHabitudes alimentaires : flexitarisme et bio-local en progression aux côtés d’une consommation traditionnelle bien ancrée d’après Nielsen

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

22/10/2019

Habitudes alimentaires : flexitarisme et bio-local en progression aux côtés d’une consommation traditionnelle bien ancrée d’après Nielsen

44% des Français restent plutôt classiques (traditionnels, conviviaux) dans leurs habitudes alimentaires d’après la dernière étude de Nielsen : priorité à la cuisine familiale et au plaisir d’être ensemble.
56% des Français ont eux un comportement bien spécifique : soit une cuisine qui se réduit aux plats préparés, ou bien une alimentation dictée par un régime alimentaire ou le respect du bien-être animal, ou encore qui prône le bio / local quand d’autres vont militer pour le culte du corps.
Pour la deuxième année consécutive (voir archive), Nielsen s’est penchée sur les comportements alimentaires via sa Typologie Nutrition, mettant en évidence sept cibles de foyers comme en 2018 avec des évolutions qui confirment les spécificités des Français en matière nutritionnelle.
L’analyse des deux dernières éditions de la typologie a permis de dessiner un parcours alimentaire en fonction de l’évolution de la taille des cibles, à la hausse ou à la baisse entre 2018 et 2019.
Le nombre de foyers français «Tradis» s’est réduit d’un point lors de la dernière année, ces «ex Tradis» s’orientant désormais vers un profil «Bio - Local» ou «Régime alimentaire».
17% des foyers français adoptent des produits bio/locaux. C’est quasiment autant que la cible installée des «Vite Fait», foyers pour qui la cuisine passe essentiellement par les plats préparés.
La cible «Conscience Animale», prônant le respect animal, avait émergé l’an passé dans notre typologie pour 6% des foyers Français. Cette cible s’est élargie d’un point en une année.
Quasiment 10% des foyers français déclarent en 2019 suivre un régime alimentaire flexitarien (ou semi-végétarien), soit près de deux fois plus que l’an passé. Dans le même temps, le régime strictement végétarien reste encore limité : uniquement 2% des Français déclarent suivre un tel régime.
Partager