Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoFrance-Antilles en liquidation judiciaire

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

31/01/2020

France-Antilles en liquidation judiciaire

France-Antilles a été placé jeudi en liquidation judiciaire sans poursuite d'activités, signifiant que la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane vont devenir les seules régions de France sans journal quotidien, a annoncé le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France.
Le groupe France-Antilles, en redressement judiciaire depuis le 25 juin 2019, employait 235 salariés dans trois éditions distinctes dans les trois départements d'outre-mer. Ancienne filiale du groupe Hersant, le quotidien avait été créé en mars 1964 à l'occasion de la visite officielle du président Charles de Gaulle en Martinique.
Seules les filiales radio des trois éditions sont cédées à un repreneur.
Dans leur une de jeudi matin, les salariés avaient déjà fait part de leur pessimisme : «Chers lecteurs, vous avez peut-être entre vos mains la dernière édition de votre journal France-Antilles, créé en 1965».
Le journal anticipait la décision du tribunal de commerce de Fort-de-France de mettre en liquidation sa société éditrice détenue par AJR Participations, la société de Aude Jacques-Ruettard, l'actionnaire majoritaire du journal et petite-fille du patron de presse Robert Hersant.
«Les Antilles et la Guyane seront les premières et donc les seules régions de France à être privées d'un journal quotidien», poursuit le quotidien en une. Il souligne également «le cataclysme social» qui «jette à la rue 235 salariés et leurs familles, de Martinique, Guadeloupe et Guyane».
Le tribunal de commerce avait laissé jusqu'à mercredi soir (heure de Martinique) à l'actionnaire pour fournir «les éléments complémentaires liés au bouclage financier» de son offre de reprise, présenté le 14 janvier dernier.
Mais AJR Participations n'a pas réussi à boucler son plan de financement.
L'actionnaire devait impérativement trouver 1,3 million d'euros supplémentaire, l'Etat ayant accordé une aide de trois millions à ajouter aux trois autres millions d'euros issus d'investisseurs.
(Avec AFP)
Partager