Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoEurope 1 veut développer ses liens avec CNews

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

17/05/2021

Europe 1 veut développer ses liens avec CNews

La direction d'Europe 1 a annoncé aux salariés vouloir renforcer les liens entre la radio et la chaîne d'info CNews, qui partage le même actionnaire principal, Vincent Bolloré, a rapporté mercredi à l'AFP un représentant du personnel, confirmant des informations de presse.
Ce projet a été annoncé lors d'une réunion organisée mardi à la suite de l'annonce d'un projet de rupture conventionnelle collective (RCC) qui prévoit la suppression d'une quarantaine de postes à Europe 1. 
La direction a abordé dans ce cadre ses projets éditoriaux pour Europe 1, et a notamment évoqué pour la première fois son intention de développer des passerelles avec CNews, a précisé à l'AFP Olivier Samain, délégué syndical SNJ, comme l'avait rapporté le site Les Jours.
Selon lui, la direction a mis en avant le fait que Vincent Bolloré, qui contrôle Vivendi et sa filiale Canal+, est aussi le premier actionnaire du groupe Lagardère, maison-mère d'Europe 1, et a cité en exemple les synergies entre M6 et RTL (groupe M6) ou entre RMC et BFMTV (groupe Altice). 
«Le discours de la direction a clairement évolué. Jusqu'à présent, elle niait tout projet en lien avec une possible prise d'influence de Bolloré sur Europe 1, et maintenant elle reconnaît qu'il est possible de bâtir des ponts, et que ce n'est pas une honte de vouloir se rapprocher de CNews», a commenté le syndicaliste.
«Cette évolution du discours de la direction, même si beaucoup de gens n'avaient pas trop de doutes sur ce possible scénario, crée un vrai trouble en interne», a-t-il ajouté.
En effet, les salariés de la station craignent depuis des mois de voir Europe 1 passer tôt ou tard sous le contrôle de Vincent Bolloré, en raison non seulement de la ligne éditoriale jugée très à droite de CNews, mais aussi des méthodes de management en vigueur à Canal+, où des journalistes en désaccord avec la direction ont été poussés vers la sortie ou licenciés.
Interrogée par l'AFP, la direction n'a pas souhaité s'exprimer. Les deux médias codiffusent déjà l'émission dominicale «Le grand rendez-vous» et avaient organisé un débat commun pour les élections européennes en 2019. En outre, ils emploient tous deux la journaliste en vue Sonia Mabrouk.
(Avec AFP)
Partager