Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoDu web local à l'achat en magasin

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

8/09/2011

Du web local à l'achat en magasin

100%Média : Vous animez le 20 septembre la conférence Media Institute sur les médias locaux "research online purchase local". Quelles sont les dernières innovations dans le Web local ?

Richard Strul : La notion de Web local est assez globalisante. Ce qui évolue énormément depuis trois ans, c’est la quantité et la qualité d’information que l’on nous fournit en amont d’une action, d’un achat, d’une prise d‘engagement en général.
Et surtout l’essor des terminaux mobile, du Smartphone à l’iPad, nous fait consommer cette information au plus près d’un magasin, d’un lieu de spectacle…
Tout est conçu pour intégrer en un temps et en un lieu l’information géographique, la recommandation sociale et toutes les données disparates qu’il fallait passer beaucoup de temps à rassembler avec le web «d’avant».
C’est cette intégration des données qui fait la différence : la réalité virtuelle dans les applications mobiles nous situe des endroits que nous n’avons pas en vision directe, le McDo, le Starbuck ; elle nous guide vers ces lieux, nous donne en surimpression toutes les informations que l’on souhaite et, le cas échéant, nous offre des promotions, des avis ; parfois, comme dans Nomao, le choix du lieu est issu de la recommandation des internautes qui sont déjà venus.
C’est le deuxième axe important : nous avons décidés, nous, internautes, de checker, de nous signaliser en permanence et de donner ainsi aux marques l’opportunité de nous offrir des promotions, des cadeaux, de l’info en flux tendu…  C’est le marketing du dernier mètre. Foursquare, Facebook Places, savent toujours où nous trouver parce que nous cherchons à apparaître. Et une foultitude d’applications émergent, basées sur le ludique - comme Mytown - ou l’utilitaire, qui viennent révolutionner le monde du couponing et de l’achat.

100%Média : Quels médias (autres que le Web) ont su tirer parti des dernières avancées technologiques ?

RS : Ce qui se multiplie, ce sont les expériences de couplage et d’interaction. McDo a réalisé une campagne sur des panneaux publicitaires lumineux où défilaient des produits vendus dans leurs restaurants. L’affichage invitait l’internaute à photographier avec son téléphone les produits qui défilaient et les photographes adroits avaient le droit d’aller réclamer en magasin le produit correspondant à leur photo.
Ce genre de couplage se développe également de manière plus statique avec les QR codes, en presse ou à l’affichage. On photographie et on est routé sur un site prédéterminé.
La télé interactive constitue également une révolution potentielle. Si votre FAI vous fournit Internet, le téléphone et la télé, que vous êtes abonnés, il sait ou vous êtes, il a votre numéro de téléphone et peut vous proposer «the right thing au bon moment». Et surtout, puisque vous avez la capacité d’interagir, il peut pousser à l’achat immédiat. De quoi valoriser considérablement un simple spot télé.

100%Média : L'achat en ligne, est-ce la fin des rues piétonnes commerçantes de nos régions ?

RS : Bien sûr que non ! Au contraire. Ce que montrent toutes les études faites sur ROPO récemment, c’est l’importance de la prescription par Internet dans l’acte d’achat et la masse importante d’internautes amenés en boutique par ce biais.
Il semblerait d’ailleurs que le trajet inverse soit également présent ; soit je veux voir si ce que j’ai trouvé au meilleur prix par le Net est beau en réel et je vais en boutique, soit j’ai repéré l’objet de mon désir dans le monde physique et je cherche ensuite la meilleure offre.
De façon générale, si je cherche un produit peu standard, dont le choix engage d’autres sens que la vue et l’ouïe, je me déplacerai. Surtout s’il est cher.
Les nouvelles possibilités d’interaction fournissent, au contraire, aux commerçants une nouvelle source de trafic en magasin. Et soyons rassurés : aucune femme n’achètera jamais une bougie artisanale sans l’avoir respirée elle-même, même si ses amies en ont parlé sur Facebook.

Richard Strul, CEO de Resoneo

Partager