Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoDix médias européens vont partager des contenus d'infos en plusieurs langues

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

29/01/2021

Dix médias européens vont partager des contenus d'infos en plusieurs langues

Pour lutter contre la désinformation, dix grands médias de service public (MSP) européens, dont France Télévisions, vont partager des contenus en ligne qui seront traduits en plusieurs langues, dans le cadre d'une initiative dévoilée mercredi par l'Union Européenne de Radio-Télévision (UER).
Cette coopération numérique «novatrice» doit permettre «aux médias de service public (MSP) de surmonter les barrières linguistiques et de mettre à la disposition de leurs publics des informations dignes de confiance, produites par différents partenaires européens», explique l'UER, la plus grande alliance de MSP dans le monde, dans un communiqué. 
Outre France Télévisions, les MSP allemand (BR-ARD), belge (RTBF), espagnol (RTVE), finlandais (YLE), irlandais (RTÉ), italien (RAI), portugais (RTP) et suisse (SWI swissinfo.ch) participeront au projet, tout comme la chaîne franco-allemande ARTE, détaille l'UER, connue pour le célèbre concours de l'Eurovision.
Concrètement, les «médias participants fourniront des contenus d'informations (articles, vidéos, etc.) à un hub numérique, où ils seront traduits automatiquement en plusieurs langues au moyen d'outils et de process novateurs», précise l'UER.
Des rédacteurs seront ensuite chargés «de sélectionner les sujets qui intéressent le plus leurs publics respectifs pour les publier à l'aide d'un outil de recommandation intégré à leur site internet», outil dont «le lancement est prévu pour juillet 2021».
«Pandémie de covid-19», «changement climatique», «flux migratoires»... les contenus traduits «offriront un angle paneuropéen sur les grands sujets» d'actualité, se réjouit l'UER. 
Ils constitueront aussi «un contrepoids sérieux à la désinformation et à certains discours polarisants qui se propagent sur les réseaux sociaux», espère l'organisation, prônant une «sphère numérique publique européenne fondée sur des valeurs et des intérêts communs». 
Son projet bénéficie d'une «subvention de l'UE», octroyée à l'issue «d'une phase pilote concluante, au cours de laquelle 14 grands médias publics ont mis à disposition plus de 120 000 articles sur une période de huit mois». 
«D'autres médias publics de l'UER devraient» à terme y participer, augmentant ainsi le nombre de langues concernées, selon l'UER, qui rappelle que les MSP emploient plus de 40 000 journalistes et dépensent 5,5 milliards d'euros par an en matière d'infos.
Citée dans le communiqué, la numéro un de France Télévisions et présidente de l'UER, Delphine Ernotte a salué un projet qui facilitera notamment «la vérification des faits au-delà des frontières et renforcera la nécessité pour les responsables politiques de rendre des comptes».
(Avec AFP) 
Partager